Ford v Ferrari

Ford v Ferrari (ou Le Mans 66) s’inspire de faits réels et raconte le duel entre les deux constructeurs automobiles pendant la célèbre course des 24 heures du Mans en 1966. En perte de vitesse, l’entreprise Ford cherche à marquer un grand coup en se lançant sur le circuit des courses automobiles. Carroll Shelby, un ancien pilote ayant remporté le Mans en 1959, est alors appelé à la rescousse pour imaginer une voiture capable de battre les Ferrari. Mais son amitié avec le pilote et mécanicien anglais Ken Miles, ne sera pas au goût de l’entreprise et risquera de compromettre la réussite du projet. (suite…)

Midway

Il suffisait que je me plaigne dans ma critique de The King du manque de film historique dans les salles pour que débarque cette semaine le nouveau film de Roland Emmerich, consacré à la bataille de Midway. Le réalisateur allemand, spécialisé dans le genre du film catastrophe à gros budget (Independance Day, The Day After Tomorrow, 2012), s’intéresse cette fois à un tournant majeur de la guerre du Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec un casting plutôt intriguant et alléchant sur le papier, on pouvait s’attendre à ce que cette production donne lieu à un long-métrage divertissant et spectaculaire. Autant dire que le résultat est bien loin des effets escomptés. (suite…)

The King

Netflix nous gâte en cette fin d’année et avant de découvrir The Irishman de Martin Scorsese, la plateforme a mis en ligne The King, réalisé par le cinéaste australien David Michôd. S’inspirant librement des pièces de Shakespeare Henry IV et Henry V (mais en n’utilisant pas ses textes), le film raconte l’accès au trône et les premières années du règne du jeune roi d’Angleterre Henry V. Ce dernier hérite d’un royaume divisé et en proie à la guerre civile qu’il tente d’apaiser. Il devra très vite faire ses preuves et montrer à ses sujets qu’il est digne de la couronne, en partant notamment en guerre contre la France. (suite…)

Doctor Sleep

Si l’on m’avait dit en janvier dernier que je verrais autant de films d’horreur en salle cette année, je ne l’aurais pas cru. Et pourtant, j’ai à nouveau pris mon courage à deux mains et je suis allée découvrir sur grand écran Doctor Sleep, la suite de The Shining sorti en 1980. Mais bien évidemment, il fallait d’abord que je me plonge dans ce dernier, considéré comme un véritable monument du cinéma, avant de découvrir sa suite (je l’ai déjà répété à plusieurs reprises, mais comme je n’affectionne pas spécialement le genre horrifique, j’avais repoussé le visionnage de The Shining au plus tard possible). Je ne m’étalerai pas sur le long-métrage de Stanley Kubrick (ni sur le rapport avec les romans de Stephen King, que je n’ai d’ailleurs pas lus) : je comprends désormais l’engouement qui l’entoure, mais la séance ne fut pas vraiment une partie de plaisir. N’ayant pas du tout adhéré au rythme du film, ni à son ambiance, j’admets toutefois qu’il dégage un certain mystère qui le rend fascinant comme en témoignent les différents niveaux de lecture qu’il propose, en plus de la mise en scène léchée de Kubrick. (suite…)

Hors Normes

Inspiré de faits réels, Hors Normes raconte le quotidien de deux associations qui prennent en charge des personnes atteintes d’autisme sévère. Le film s’intéresse à la fois aux responsables de ces associations, mais également aux référents qui s’occupent de ces personnalités hors normes, tout en abordant aussi les difficultés liées au système et à l’administration.

Depuis le succès d’Intouchables, chaque nouveau film des réalisateurs français Eric Toledano et Olivier Nakache est synonyme d’événement. On retrouve ici le duo dans une comédie dramatique sociale qui traite d’une thématique peu mise en avant par le cinéma : l’autisme. (suite…)

Maleficent : Mistress of Evil

On commence à connaître la chanson : dès qu’un film remporte du succès au box-office, la probabilité qu’une suite voie le jour augmente considérablement et encore plus lorsqu’il s’agit d’un long-métrage estampillé Disney. Ce n’est donc pas vraiment une surprise de voir la suite de Maleficent, sorti en 2014, débarquer sur nos écrans. Angelina Jolie et Elle Fanning rempilent dans les rôles de la méchante sorcière et de la princesse Aurore, pour une intrigue qui tourne autour du mariage entre Aurore et le Prince Philippe qui, bien évidemment, ne va pas se passer comme prévu. (suite…)

Joker

Joker était probablement l’une de mes plus grosses attentes de cette fin d’année. Le film ayant déjà remporté quelques jolies récompenses, notamment le Lion d’Or au festival de Venise, il se positionne comme l’un des grands favoris de la prochaine cérémonie des Oscars. Il se pourrait bien en effet que Joaquin Phoenix y reparte avec une statuette dorée, tant sa performance semble éblouissante. Il ne me restait donc plus qu’à découvrir le long-métrage de Todd Phillips, en espérant que les rumeurs soient vraies et que mon avis rejoigne la majorité des opinions. Ce fut effectivement le cas. (suite…)

Gemini Man

Gemini Man faisait partie de ces films extrêmement alléchants sur le papier. Une intrigue qui tourne autour de la confrontation entre deux versions d’un même homme, incarné par Will Smith : le plus âgé se retrouve soudainement en face de son double rajeuni qui veut le tuer. La bande-annonce laissait présager un thriller teinté d’action et usant de technologies révolutionnaires, tandis que le nom d’Ang Lee (réalisateur entre autres de Sense and Sensibility et Brokeback Mountain) au générique pouvait être considéré comme un gage de qualité. Quelle ne fut donc pas ma déception en voyant ce long-métrage terriblement insipide. (suite…)

The Goldfinch

The Goldfinch est l’adaptation du roman éponyme de Donna Tartt, qui a remporté le prix Pulitzer de la fiction en 2014. Le film raconte le destin de Théo, un garçon de treize ans, dont la vie va être chamboulée à la suite d’un attentat au Metropolitain Museum of Art de New York durant lequel sa mère meurt. Théo va devoir reconstruire sa vie et son destin sera mystérieusement lié à celui du célèbre tableau de Carel Fabritius : « Le Chardonneret ».

N’ayant pas lu le roman de Donna Tartt, je ne peux me prononcer sur la qualité de celui-ci, mais il y a fort à parier que le récit imaginé par l’écrivaine est beaucoup plus fluide dans le livre qu’il ne l’est dans le film car dans ce dernier, le rythme ne suit pas et la narration s’éparpille beaucoup trop. (suite…)

Downton Abbey

Quatre ans après l’arrêt de la série, Downton Abbey nous ouvre à nouveau ses portes, mais cette fois sur grand écran. Les fans du period drama seront donc ravis de découvrir la suite des aventures de la famille Crawley et des domestiques qui occupent l’imposante demeure. Un défi de taille attend tout ce petit monde puisque Downton Abbey s’apprête à recevoir le roi et la reine d’Angleterre. Mais les préparatifs pour cette visite royale ne vont pas se passer comme prévu… (suite…)