Game Night

Un groupe d’amis se réunit une fois par semaine chez Max et Annie pour jouer à des jeux de société. Un jour, Brooks, le frère de Max, propose d’organiser une soirée jeux chez lui. Au programme : enlèvement, mystère et énigmes à résoudre. Mais la partie va devenir plus vraie que nature et les amis risquent de passer une nuit mémorable…

Si Rachel McAdams, que j’adore, n’avait pas été à l’affiche, je serais certainement passée à côté de ce Game Night. N’étant pas très friande des comédies américaines, j’avais peur que celle-ci ne soit qu’une suite de gags potaches. J’ai été au final agréablement surprise et j’ai trouvé le film très divertissant. (suite…)

Publicités

Isle of Dogs

Dans un Japon dystopique, une épidémie de grippe canine se propage chez les chiens de la ville de Megasaki. En réaction, le maire décide d’envoyer tous les chiens en quarantaine sur une île de déchets. Un jeune garçon de 12 ans, Ataki, vole un avion et se rend sur place pour retrouver son chien Spots. Une fois sur l’île et aidé d’une meute de cinq chiens, il va découvrir qu’une conspiration menace la ville…

Nouveau film issu de l’imagination de Wes Anderson, Isle of Dogs est un petit bijou d’animation réalisé en stop-motion. (suite…)

Don’t Worry He Won’t Get Far On Foot

Réalisé par Gus Van Sant et inspiré de l’autobiographie éponyme, Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot raconte l’histoire du dessinateur humoristique américain John Callahan. Alcoolique depuis de nombreuses années, Callahan est victime d’un accident de voiture après une soirée de beuverie. Désormais paralysé, il doit lutter contre ses démons pour arrêter de boire et pour prendre sa vie en main.

Présenté au festival de Sundance, Don’t Worry… vaut surtout le coup d’œil pour la performance de son acteur principal, Joaquin Phoenix, qui parvient à rendre le personnage de Callahan attachant, malgré ses défauts. (suite…)

Red Sparrow

Après avoir travaillé ensemble sur les trois derniers volets de la saga Hunger Games, le réalisateur Francis Lawrence retrouve Jennifer Lawrence pour une quatrième collaboration : un film d’espionnage intitulé Red Sparrow. Jennifer Lawrence y incarne Dominika, une ballerine qui, après un accident lui coûtant sa carrière, est forcée de devenir une espionne pour les services secrets russes en intégrant une école où les gens sont entraînés à séduire leur cible. Sa première mission consiste à entrer en contact avec un agent américain de la CIA dans le but de découvrir le nom d’une taupe… (suite…)

Hostiles

Genre emblématique du cinéma, le western continue de fasciner encore et toujours, si bien que quasiment chaque année, de nouveaux réalisateurs tentent de nous insuffler leurs visions du Far West. Le dernier en date s’appelle Scott Cooper qui nous livre le très réussi Hostiles. Le film se situe en 1892 et suit un capitaine de l’armée américaine qui doit escorter à contrecœur un chef Cheyenne et sa famille dans une réserve. En chemin, ils rencontrent une femme dont la famille vient de se faire décimer par une tribu Comanche. La route risque d’être longue et semée d’embûches… (suite…)

Mary Magdalene

Deux ans après Lion, le réalisateur australien Garth Davis s’attaque au personnage biblique de Marie Madeleine. Loin de la présenter comme une prostituée (faussée idée relayée pendant de longs siècles), le long-métrage dresse le portrait d’une femme qui ne trouve pas vraiment sa place au sein de sa famille. Après sa rencontre avec un guérisseur qui n’est autre que Jésus, Marie va quitter les siens et rejoindre les apôtres chargés de transmettre l’enseignement du fils de Dieu. Mais malheureusement, à partir de ce moment, le film se transforme en un fade récit sur la fin de vie de Jésus. (suite…)

Ready Player One

Je crois qu’on peut dire sans trop de risque que 2018 est l’année de Steven Spielberg ! Après nous avoir livré un magnifique film sur la liberté de la presse (The Post) en janvier dernier, le réalisateur américain récidive avec Ready Player One, un film de science-fiction adapté du roman du même nom. L’histoire se déroule en 2045 : le monde va mal et la population se réfugie dans un jeu virtuel, appelé OASIS, créé par James Halliday, un génie excentrique. Ce dernier a promis de léguer sa fortune à la personne qui trouvera l’Easter Egg qu’il a caché dans son jeu. Wade Watts, un adolescent vivant dans l’Ohio, veut mettre la main sur la récompense…

Ready Player One est tout simplement dingue. Cela faisait longtemps qu’un film ne m’avait pas autant transportée visuellement. (suite…)

The Death of Stalin

Comme son titre l’indique, The Death of Stalin revient sur les jours qui ont suivi la mort du chef suprême de l’Union Soviétique, survenue le 5 mars 1953. Il ne s’agit cependant pas d’un biopic traditionnel comme on a l’habitude d’en voir, mais bien d’une comédie satirique qui s’intéresse aux différents ministres chargés d’assurer la succession du leader soviétique.

Résultat, le mélange des tons fonctionnent plutôt bien. Le film s’insère dans un contexte sérieux, durant lequel le régime stalinien procède à des arrestations et à des condamnations à tout bout de champ. Il y règne un climat pesant où les complots et messes basses sont nombreux. (suite…)

Tomb Raider

Héroïne de jeux vidéo, Lara Croft a déjà connu son heure de gloire dans deux longs-métrages sortis en 2001 et 2003 dans lesquels Angelina Jolie incarnait l’archéologue britannique. Comme il fallait s’y attendre, la franchise a droit à un reboot, sobrement intitulé Tomb Raider, sorti cette semaine sur nos écrans. Le film raconte comment Lara Croft, 21 ans, part à la recherche de son père porté disparu depuis sept ans. Elle découvre qu’il devait se rendre sur une île au large du Japon et entreprend le même voyage. Son périple est bien évidemment loin d’être sans danger…

Avant toute chose, je dois vous avouer n’avoir jamais joué à ces jeux vidéo, ni vu les deux longs-métrages : ma séance était donc une parfaite découverte du personnage et le résultat fut plutôt sympathique. Mais qu’on se le dise tout de suite, le film est bourré de défauts. (suite…)

Annihilation

Une fois n’est pas coutume, je déroge à ma règle pour vous parler d’un film sorti le 12 mars dernier sur Netflix : Annihilation, réalisé par Alex Garland, à qui on doit le très bon Ex Machina. Le film a pu bénéficier d’une petite sortie dans les salles américaines et il aurait dû en être pareil chez nous mais voilà, la Paramout, le studio qui le produit, en a décidé autrement : il semblerait que les spectateurs présents lors des projections tests aient trouvé le film trop compliqué et les producteurs, qui auraient eu peur d’un échec commercial, auraient exigé qu’Alex Garland revoie sa copie. Le réalisateur britannique ayant refusé de modifier le moindre plan, le compromis fut trouvé avec une sortie sur Netflix. Et même si j’adore cette plateforme, qu’est-ce que j’aurais aimé voir Annihilation sur grand écran ! (suite…)