The Hobbit – The Battle of the Five Armies

Hobbit BOFA

Ce n’est pas facile pour moi d’écrire une critique pour ce film. Le Seigneur des Anneaux m’a fait aimer le cinéma. Je me rappellerai toute ma vie ce que j’ai ressenti en voyant Le Retour du Roi sur grand écran, en versant ma première larme au cinéma et en remerciant Peter Jackson d’avoir fait un film aussi incroyable.
Alors oui, en allant voir The Battle of the Five Armies (BOFA), j’en espérais beaucoup. Peut-être trop. Certes, les deux volets du Hobbit étaient bien en-dessous de la première trilogie mais j’aime tellement cet univers que peu m’importe. Et au final, je ressors de BOFA partagée. J’ai trouvé la première partie du film vraiment longue et sans grande intensité. La résolution de l’intrigue de Smaug est baclée en 5 minutes. Dommage. La préparation pour la bataille prend trop de temps, les histoires sont étirées sans raison. Par contre, dès que Thorin décide de faire la guerre, et que celle-ci commence, le film s’améliore. La deuxième partie est donc nettement plus digne d’une conclusion de trilogie. Les batailles sont rythmées et on a enfin de l’émotion, notamment avec les pertes de certains personnages. Mais même dans cette deuxième partie, certains moments sont incohérents ou confus. On reste fixé sur Thorin et le petit groupe de nains en oubliant ce qu’il se passe avec les elfes ou les hommes : se battent-ils toujours ? Sont-ils juste spectateurs ? On n’en parle pas. De même, je ne me fais toujours pas à cette pseudo-relation entre Kili et Tauriel, pas crédible du tout. Visuellement, on a eu mieux, j’ai trouvé certains cadrages bizarres et les effets spéciaux sont quelques fois trop visibles (merci Interstellar, grâce à qui je ne supporte bientôt plus les fonds verts ahah). Mais une des grosses déceptions reste dans la musique ; on a connu Howard Shore plus inspiré que cela. Pas de thème épique pendant les batailles, pas de subtilité dans les moments d’émotions.
Par contre, les moments badass de Legolas sont toujours aussi jouissifs, même s’ils sont de plus en plus WTF. Le gros plus se trouve dans les acteurs. Je vénère Martin Freeman. Cet homme est génialissime, né pour être Bilbo. La scène avec Thorin m’a fendu le cœur. D’ailleurs, j’ai bien aimé le jeu d’Armitage aussi, même si on a envie de baffer Thorin toute la première partie. Il est plus convainquant dans la deuxième. J’espère également que Luke Evans aura le droit à des scénarios dignes de son jeu d’acteur, parce qu’il en vaut la peine.
On sent que le film sert vraiment de transition avec LOTR, notamment avec la présence de certains personnages secondaires, ou des petites mentions aux futures aventures. Au final, BOFA reste un petit goodbye, probablement trop faible, à l’une des plus grandes trilogies/hexalogies cinématographiques. Même si je ne suis convaincue qu’à moitié, je n’ai pas pu m’empêcher de verser une petite larme en quittant ce merveilleux monde qu’est la Terre du Milieu.

+ : le casting qui reste sans aucun doute le gros point fort de la trilogie
: trop moyen pour la conclusion d’une trilogie de cette envergure
LA scène : SPOILER : forcément, la mort de *vous savez qui*, la plus émouvante

  • Note : 3.5 / 5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.