Pan

Pan

Un nouveau prequel, ça faisait longtemps (!). Cette fois-ci, on plonge dans les origines de Peter Pan et de sa première visite au Pays Imaginaire avant qu’il ne devienne le chef des Garçons Perdus.

On découvre donc comment Peter, abandonné lorsqu’il était un bébé par sa mère devant un orphelinat de Londres, est enlevé par des pirates qui l’emmènent au Pays Imaginaire à bord d’un bateau volant. Là-bas, il devra travailler dans une énorme mine pour le terrible Barbe-Noire qui ne rêve que de mettre la main sur de la poudre de fée. Peter va alors s’associer à un certain James Crochet pour échapper aux pirates et découvrir par la même occasion que son destin est bien différent des autres petits garçons.

On retrouve ainsi les principaux personnages de l’univers de Peter Pan mais avec des attributs quelque peu différents car comme on nous l’apprend au début, les ennemis commencent parfois par être des amis. Ainsi, le jeune Peter ne sait pas encore pourquoi il est au Pays Imaginaire, Crochet a toujours ses deux mains et en pince même pour la jolie guerrière indienne Lily la Tigresse (bah oui, il fallait ajouter une romance). Difficile cependant d’être clairement convaincu par ce concept surtout lorsqu’on voit comment l’histoire se termine.

Le film reste très enfantin – normal pour un divertissement familial – et les rebondissements ne surprendront que les jeunes spectateurs. Le tout est néanmoins assez bien rythmé sans pour autant être exceptionnel. Il faut dire qu’au départ, on se demande vraiment où on a mis les pieds : l’arrivée dans la mine au Pays Imaginaire sur une chanson de Nirvana… euh non merci. Cette scène est d’un ridicule et ne correspond pas du tout à l’ambiance. Heureusement, le film s’améliore quelque peu par la suite même si on reste dans un schéma ultra-classique d’un garçon élu et héros d’une prophétie qui devra sauver tout le monde.

D’un point de vue technique, la 3D est encore assez bien exploitée et bien dosée mais elle entraine un gros désavantage : les effets numériques ne sont pas du tout discrets et trop nombreux. Rajoutez à cela des décors et des costumes criards et vous obtiendrez un résultat final qui pique parfois trop les yeux.

Quant au casting, grosse déception en général due principalement à un problème d’écriture des personnages. On voit donc un Barbe-Noire incarné par Hugh Jackman qui en fait des caisses. Le jeune Peter (Levi Miller – qui ressemble d’ailleurs beaucoup à Asa Butterfield/Hugo Cabret) n’est pas mauvais mais là encore, on lui a donné des répliques qui ne collent pas vraiment au personnage. On sent que son humour est trop forcé et pas assez naturel. Pareil pour Garrett Hedlund qui interprète un Indiana Jones Crochet encore tout gentil qui a la vanne facile et qui est là uniquement pour satisfaire le public féminin. Heureusement, Rooney Mara s’en sort bien mieux et relève le niveau.

Les adeptes de l’univers de Peter Pan ressortiront déçus pour la plupart. Le film pourra néanmoins plaire aux plus jeunes – j’ai entendu des « il était cool » à la sortie de la salle, donc tout n’est pas perdu.

Joe Wright, je t’adore. Vraiment. Tu as réalisé deux de mes films favoris (Atonement et Pride & Prejudice) mais s’il te plait, continue de nous faire des drames en costumes et évite les divertissements trop faciles. Merci.

+ : la 3D (pour une fois) et le rythme
: l’écriture des personnages
LA scène : la « bataille » finale

  • Note : 1,75 / 5

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.