Star Wars – The Force Awakens

Star Wars - The Force Awakens

Avant de me lancer dans cette critique, qui sera d’ailleurs sans spoiler concernant l’intrigue, je dois mentionner le fait que je ne suis pas une fan absolue Star Wars (ne tapez pas !). Je n’ai vu les six films qu’une seule fois et en marathon, donc je ne suis vraiment pas une spécialiste de l’univers mais je ne pouvais évidemment pas passer à côté du phénomène. Du coup, c’était une bonne occasion de voir si ce septième épisode pouvait se suivre sans difficulté pour des spectateurs lambda sans attache particulière à la saga et s’il pouvait leur plaire. Et je dois dire que le résultat est assez satisfaisant, sans pour autant atteindre des sommets.

Tout d’abord, je n’ose imaginer l’énorme pression qui reposait sur les épaules du scénariste et réalisateur J.J. Abrams : c’est presque un cadeau empoisonné de s’attaquer à un film aussi attendu par des millions de fans. Mais il faut reconnaitre qu’il s’en sort plus que bien au niveau de la mise en scène et visuellement, ça envoie du tonnerre ! Les effets spéciaux sont parfaitement maîtrisés (ça change des films de la première trilogie, et même de ceux de la deuxième trilogie). Il arrive à jongler sans problème entre les scènes d’action et les plans plus posés. Il est intéressant de relever que dans ces derniers, le réalisateur choisit souvent de mélanger le gigantesque et le minuscule : il y a plusieurs plans où les personnages paraissent tout petits face à l’immensité d’un vaisseau ou d’un décor par exemple (une métaphore de J.J. Abrams face à l’univers en face de lui ?). On retrouve également avec plaisir la musique de John Williams qui livre une bonne partition, même si aucun nouveau thème ne semble prendre assez d’ampleur pour devenir aussi mythique que celui de Dark Vador par exemple.

Le film reprend tous les éléments iconiques de la saga : on a le droit à des batailles au sabre-laser, des poursuites en vaisseau spatial, des robots, des créatures étranges et des personnages des anciennes trilogies qui reviennent. Mais le gros problème de cet épisode, c’est le scénario. Je ne connais pas très bien l’univers et pourtant rien ne m’a paru étonnant. Et j’ai même eu des impressions de déjà-vus, qui sont justifiées puisque le film fait clairement écho à l’épisode IV. Pas de réel suspense, pas de grand moment, pas vraiment d’émotion. Oui, même « celui-ci » (ceux qui l’ont vu le reconnaitront), qui est évident à des kilomètres à la ronde. Encore une fois, il s’agit de mon avis de non-expert et je conçois que pour les fans, cela devait être l’extase pure, un vrai plaisir de retrouver un univers et des personnages qui leur sont chers. Mais je n’ai pas été transportée.

Par contre, le casting est top. J’ai beaucoup aimé la nouvelle génération avec Daisy Ridley en première place : cela fait du grand bien de voir un personnage féminin aussi fort. Elle a un charme et une présence incroyable. John Boyega est également très attachant – on lui a donné les répliques plus comiques, ça aide. Harrison Ford prend un plaisir dingue à revenir dans son rôle de Han Solo, toujours en compagnie de son fidèle Chewbacca et leur duo fonctionne à merveille. Et que dire d’Oscar Isaac ? Même si son personnage n’a pas une place immense, il crève l’écran. Mais le meilleur, c’est BB-8, le nouveau robot tout rond et tout mignon. C’est dingue comme ils ont réussi à l’humaniser de cette façon. Vous allez craquer pour lui, c’est sûr.

Au final, cet épisode VII sert de passage de flambeau entre l’ancienne et la nouvelle génération, et reste du bon cinéma pop-corn, rempli de références. De nombreuses questions ne sont pas encore résolues, il faudra pour cela attendre les suites et les spin-off qui sont déjà en préparation. Dans tout l’aspect commercial qui a déferlé chez nous cette année, il faut relever un point positif : la volonté de J.J. Abrams de vouloir garder l’intrigue secrète. Les bandes-annonces devraient toutes être ainsi : nous donner envie de voir un film, sans nous dévoiler l’histoire. Et arriver à faire une chose pareille, c’est fort. Très fort.

+ : le casting, BB-8, les effets spéciaux

 : le scénario sans surprise, sans suspense et sans grand moment d’émotion

LA scène : un certain duel à un certain moment (et aussi le générique de début : ça fait quelque chose de le voir sur grand écran)

  • Note : 3,5 / 5

 

 

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.