Steve Jobs

Steve Jobs

Enfin un biopic un peu différent des autres !

Au lieu de nous raconter toute la vie de Steve Jobs, le réalisateur Danny Boyle (Trainspotting, Slumdog Millionaire) et le scénariste Aaron Sorkin (The Social Network) ont choisi de se concentrer sur trois moments de la vie du fondateur d’Apple. Ce sont trois moments qui ont lieu avant le lancement d’un produit : d’abord en 1984, avant la sortie du Macintosh, puis en 1988, alors que Jobs n’est plus chez Apple, il lance son propre ordinateur baptisé NeXT, et enfin le film se termine en 1998 avant la sortie de l’iMac. Une mise en scène très théâtrale et une idée originale qui ressemble à une pièce en trois actes, parfaitement bien rythmée. La force du film se situe dans les dialogues d’Aaron Sorkin qui offrent une excellente dynamique au récit : il n’y a quasiment aucun temps mort et les répliques fusent de tous les côtés. Le tout est superbement écrit et encore j’ai vu le film en VF donc j’imagine que c’est cent fois mieux en VO (d’ailleurs, incompréhension totale quand on voit qu’Aaron Sorkin n’est pas nommé pour le meilleur scénario adapté aux Oscars…).

L’autre force du film est bien entendu la performance de Michael Fassbender : il ne ressemble peut-être pas physiquement à Steve Jobs mais il l’incarne avec une véritable conviction. Il est présent sur tous les plans et son interprétation est précise et élégante alors que le personnage est complètement tyrannique et assez antipathique (ça ne va pas vous réconcilier avec Apple). Mais allez savoir pourquoi, on arrive quand même à avoir de l’affection pour lui, surtout grâce à l’histoire avec sa fille qui parvient à le rendre un peu plus humain (enfin, quoi que…). C’est un visionnaire, un chef d’orchestre pointilleux et exigeant, qui est conscient que les gens avec qui il travaille ne l’apprécient pas vraiment. Heureusement pour lui, il peut compter sur sa cheffe marketing parfaitement interprétée par Kate Winslet. Leur duo fonctionne très bien et leur nomination aux Oscars est méritée.

Le fait d’avoir choisi trois instants se déroulant dans les coulisses de grands événements permet de mettre en avant l’évolution des personnages au risque d’avoir peut-être quelques fois des scènes qui se répètent. Mais finalement, c’est assez fascinant de voir qu’on peut en apprendre beaucoup sur un personnage en quelques minutes même si parfois on aurait voulu en savoir davantage. Il faut féliciter la prise de risque. Ce n’est pas tous les jours qu’un personnage et les dialogues sont autant mis en avant et le tout de manière très efficace.

Une excellente surprise !

 

+ : Michael Fassbender, le scénario, les dialogues

 : quelques répétitions, parfois un peu frustré de ne pas en voir davantage

LA scène : la scène entre Steve Jobs et John Sculley avant la sortie de NeXT

  • Note : 4,5 / 5

 

J’évoque la filmographie de Michael Fassbender par ici : « Acteur du mois: mai 2015 »

 

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.