10 Cloverfield Lane

10 Cloverfield Lane

Développé dans le plus grand secret, le projet 10 Cloverfield Lane a été annoncé au grand public seulement deux mois avant sa sortie, ce qui est plutôt rare de nos jours. La bande-annonce intrigante révélait que le film faisait écho à Cloverfield sorti en 2008 et déjà produit par J.J. Abrams. Il ne s’agit pourtant ni d’une suite ni d’un prequel même si on peut établir un lien entre les deux. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire d’avoir vu le premier car 10 Cloverfield Lane se suffit à lui-même.

Afin de profiter au maximum de l’expérience, mieux vaut connaitre l’intrigue le moins possible. En quelques mots : Michelle se réveille dans un bunker après un accident de voiture. Elle ne se rappelle de rien et pense avoir été kidnappée. Mais son gardien la rassure en lui disant qu’il lui a sauvé la vie après une attaque chimique. N’étant pas vraiment convaincue, Michelle décide de s’échapper…

Angoissant, perturbant et captivant, le film est terriblement efficace. Tout comme l’héroïne, le spectateur ne cesse de se poser des questions. Qui dit la vérité ? Qui faut-il croire ? Qui est le monstre ? Que s’est-il réellement passé dehors ? Des interrogations qui en entrainent d’autres au fur et à mesure. Les réponses ne sont jamais définitives permettant un constant renouveau dans l’avancement de l’intrigue. Le film souffre toutefois de quelques longueurs, notamment dans la première heure. D’autres moments, surtout vers la fin, paraissent complètement insensés mais ils fonctionnent étonnement assez bien.

L’ambiance pesante du huis-clos laisse parfois la place au thriller psychologique teinté d’horreur et saupoudré d’un soupçon de science-fiction. Un mélange de genres assez bien géré par le réalisateur Dan Trachtenberg dont c’est le premier film. A noter également l’excellent travail opéré sur le son (la première scène par exemple). Le film peut aussi compter sur les prestations impeccables de ses acteurs. Mary Elizabeth Winstead est parfaite en femme quelque peu déboussolée mais plus maligne qu’on ne l’imagine. Même s’il est plus en retrait, John Gallagher Jr est tout aussi bon. Mais le plus imposant, et pas seulement physiquement, c’est John Goodman : alternant le calme et la colère, il peut faire preuve d’une bestialité à faire froid dans le dos avant de se rétracter. Un rôle ambigu totalement responsable de notre paranoïa.

Difficile de dire personnellement si le film a quelque chose de plus que les autres car ce n’est pas vraiment le genre que j’affectionne particulièrement. Mais le suspense est suffisamment bien maîtrisé pour nous tenir en haleine pendant 1h45 et c’est finalement tout ce que l’on souhaite.

 

+ : le suspense, l’ambiance, les acteurs

: des longueurs et des moments assez insensés

LA scène : les dernières 20 minutes sont assez dingues (pas envie de trop spoiler 😉 )

  • Note : 4 / 5

 

 

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.