Batman v Superman: Dawn of Justice

Batman v Superman

Trois ans après Man of Steel, Zach Snyder vient nous présenter la suite des aventures de Superman. Dans ce volet, l’homme fort va devoir affronter un adversaire de taille : Batman, le justicier de Gotham, tout en essayant de maintenir son statut de héros dans le cœur des habitants de Metropolis. On nous promettait une lutte acharnée et un film très sombre, autant dire que la déception est au rendez-vous.

Alors oui, le film tente de se donner un genre plus sérieux avec des personnages plus ambigus et plus travaillés, très peu d’humour (en gros faire ce que Christopher Nolan avait fait sur la trilogie du Dark Knight), mais ce Dawn of Justice ne parvient pas à transformer l’essai. La faute à un scénario totalement décousu dans lequel les scènes s’enchaînent parfois sans la moindre cohérence. Ce procédé a au moins l’avantage de nous donner l’impression que les 2h30 passent assez rapidement mais le récit en ressort complètement chamboulé. Il y a pourtant quelques bonnes idées : les scénaristes ont choisi d’axer cet épisode sur la position de Superman dans la société. Doit-il être considéré comme un Dieu ? Comme un monstre ? Peut-on ou doit-on lui faire confiance ? Mais le sujet manque de subtilité et d’intelligence ; sans compter les trop nombreuses références et plans bibliques qui deviennent lourds par moment.

Batman souffre lui-aussi de problème de développement. On nous remontre pour la énième fois la scène de meurtre de ses parents pour mettre en avant le côté torturé du personnage (c’est comme la scène de Peter Parker et la piqûre d’araignée, on commence à la connaître et en avoir marre de la voir), puis plus rien avant sa soudaine haine envers Superman. Elle peut paraître légitime au vu des événements dont il est témoin, mais encore une fois, le tout est mal exploité : agit-il par bonne conscience pour sauver le monde ou par simple jalousie (oui on a des fois cette impression) ? C’est vraiment dommage car Ben Affleck est plutôt bon dans ce rôle, surtout que ce n’est pas évident de passer après Christian Bale. On se souvient que l’annonce de son casting avait provoqué un grand nombre de critiques avant même que le tournage n’ait commencé mais il est assez convaincant. Il a le « menton » qu’il faut et la carrure qui va avec.

Superman (Un Henry Cavill habituel) cherche sa place, Batman en veut à Superman, et au milieu se trouve Lex Luthor qui, oh surprise, manigance un coup machiavélique. Un personnage névrosé et excité qui survit grâce à l’interprétation de Jesse Eisenberg car le reste n’est pas bien surprenant. Quant aux rôles féminins, on regrette que Lois Lane (Amy Adams toujours impeccable) ne soit coltinée qu’à la fille qu’il faut sauver. Au moins le personnage de Wonder Woman (car oui, il y a encore Wonder Woman dans ce film !) bénéficie de meilleurs traitements.

Finalement, quelques regrets aussi en matière visuelle. Si on a le droit à quelques jolies compositions, on assiste de nouveau à certaines scènes « brouillon » comme c’était déjà le cas dans Man of Steel : Snyder retrouve notamment ses vieux démons et nous offre un combat final où la destruction est partout. De même, la scène où la Batmobile apparaît pour la première fois n’est pas terrible : on ne voit rien du tout excepté les phares des voitures qui nous éblouissent. Hans Zimmer a lui aussi été déjà plus inspiré. En même temps, ce n’est pas facile de réinventer un thème pour Batman alors que le compositeur était déjà présent sur la trilogie du Dark Knight.

Le film poursuit la mise en place de l’univers cinématographique de DC qui devra concurrencer celui de Marvel. D’ailleurs, des seconds rôles et futurs membres de la Justice League sont introduits et pas du tout de manière discrète. Le prochain qui arrivera sur nos écrans sera Suicide Squad prévu pour cet été.

Au final, avec deux personnages aussi iconiques qui s’affrontent, on est en droit d’en attendre davantage. (Et rebelote dans un mois avec la sortie de Civil War.)

 

+ : tentative d’amener des thèmes plus matures, Ben Affleck

 : scénario décousu, des scènes « brouillon », personnages mal exploités

LA scène : l’affrontement tant attendu (qui arrive super tard d’ailleurs)

  • Note : 2 / 5

 

 

11 commentaires

  1. Je n’ai pas encore vu le film, mais après avoir vu Man of Steel qui m’avait déçu (aspect narratif torché en 20 minutes puisque juste de la baston et de la casse, et Superman qui ne s’étonne même pas de voir son défunt père biologique lui parler et accepte tout ça presque sans broncher, ce qui manque à mon sens de cohérence, m’enfin…) j’étais sceptique pour Batman vs Superman. Ton article souligne mes craintes… J’ai peur d’être vraiment trop déçue en allant le voir en salle. Pourtant j’adore l’univers comics, surtout Batman.

    J'aime

    1. Le film a clairement des défauts, notamment en matière scénaristique, mais je l’ai trouvé meilleur que Man of Steel. Le meilleur moyen de se faire une idée reste d’aller le voir. Sait-on jamais, peut-être que ta déception ne sera pas aussi grande que la mienne 🙂

      J'aime

      1. Batman rattrapera peut-être le coup 😉
        Il est vrai que Man of Steel… Certains en avaient fait l’éloge, et je ne comprends pas pourquoi. J’ai juste eu l’impression que le réalisateur voulais mettre du combat et de la casse dès qu’il pouvait sans se soucier des cohérence et du manque d’intérêt narratif que ça engendre. Si j’ai le temps, j’irais le voir, avec doublage québécois en plus ^^

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.