Our Kind of Traitor

Our Kind of Traitor

Adapté du roman d’espionnage écrit par John le Carré et publié en 2011, Our Kind of Trator retrace la rencontre improbable entre Perry, un professeur anglais en vacances au Maroc avec sa femme, et Dima, un membre de la mafia russe. Ce dernier demande à Perry de transmettre une clé USB aux services secrets britanniques (le MI-5) lorsqu’il rentrera à Londres. En accomplissant ce geste, Perry ne se doute probablement pas que sa vie va basculer…

Si le film commence plutôt bien, il ne parvient pas à combler nos attentes et ressemble au final davantage à un téléfilm du dimanche soir qu’à un grand film d’espionnage. On est face à un scénario beaucoup trop prévisible et à un manque cruel de suspense – le comble pour un film de ce genre ! On attend constamment des rebondissements qui n’arrivent jamais.

La faute peut-être aux personnages : c’est vrai qu’un roman, en général, permet de prendre son temps et de décrire les personnages avec plus de détails. Au cinéma, il faut aller à l’essentiel et vite. En omettant certains aspects, il y a un risque de tomber parfois dans les clichés, ce qui est le cas ici, notamment pour le personnage de Dima qui est un condensé de ce qu’on a pu voir sur la mafia russe. (Je n’ai pas lu le roman mais j’imagine que tous les personnages sont davantage détaillés).

Visuellement, on voit bien que la réalisatrice Susanna White a tenté de nous présenter des plans plus élaborés mais l’effet n’est pas franchement convaincant. De même, certaines scènes sont extrêmement sombres au point qu’on n’y voit pas grand-chose.

Heureusement, il reste les acteurs pour nous maintenir éveillés. Sans être totalement transcendants, ils font leur boulot juste comme il faut. Damian Lewis incarne un agent du MI-5 très british ne laissant pas transparaitre ses émotions (est-ce normal que ses lunettes soient toujours aussi sales ? Oui ça m’a perturbé). Ewan McGregor est plutôt bon dans son rôle de professeur un peu naïf qui recherche à rajouter un peu de piment dans sa vie. Mais ce n’est clairement pas le personnage le plus intéressant. Même sa femme, interprétée par l’excellente Naomie Harrie, est invisible. Quant à Stellan Skarsgard, il en fait peut-être un peu trop mais cela correspond à la personnalité de l’homme qu’il incarne. Encore une fois, son personnage aurait définitivement mérité d’être plus approfondi à l’écran (est-ce le cas dans le livre ?).

On est donc face à un thriller assez banal qui ne surprendra que les moins avertis. Les autres se contenteront d’autres adaptations de John le Carré. Je vous conseille par exemple d’aller jeter un coup d’œil à la mini-série The Night Manager avec Tom Hiddleston, Hugh Laurie et Olivia Colman qui est largement plus intéressante que ce film.

 

+ : les acteurs !

 : le scénario sans surprise

LA scène : la scène dans le club de tennis

  • Note : 1.75 / 5

 

 

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.