Finding Dory

Finding Dory

Tout le monde se souvient de Dory, le poisson-chirurgien à la mémoire défaillante qui avait aidé Marin à retrouver son fils Nemo. Et bien figurez-vous qu’elle a le droit à son propre film ! Intitulée Finding Dory (on est d’accord, ils ne sont pas allés chercher le titre bien loin), cette suite démarre quelques temps après la fin de Finding Nemo. A la suite d’un flash-back, Dory se rappelle qu’elle a une famille et décide de partir à sa recherche. Marin et Nemo l’accompagneront dans ce nouveau périple.

Pour une suite, on peut dire que le film s’en sort pas si mal ! Il est vrai qu’on repart tout de même dans une sorte de quête qui rappelle fortement le premier volet. Mais le décor change : les poissons se retrouvent dans un parc-institut qui recueille, soigne et relâche les animaux malades, sous la gouverne de Sigourney Weaver (oui oui ! – Apparemment c’est Claire Chazal en VF). Ils feront la rencontre de nouveaux personnages secondaires tous très réussis : un poulpe professionnel du camouflage, des phoques so british, une baleine myope, un bélouga qui manque de confiance en lui et Becky, un plongeon huard complètement excentrique !

On avance dans le récit grâce à ces fameux flash-backs qui permettent à Dory de reconstruire le puzzle de son passé. Tout s’enchaine plutôt bien, malgré quelques petites facilités scénaristiques (notamment concernant les déplacements des poissons d’un endroit à un autre ou lorsqu’ils se mettent à respirer hors de l’eau). L’humour est également au rendez-vous, tout comme l’émotion – la touche de Pixar.

Quelques bémols peuvent quand même être mentionnés : d’abord les blagues sur la mémoire de Dory qui font qu’on tourne parfois en rond. C’était bien évidemment le risque avec ce personnage. Mais les scénaristes gèrent le problème en changeant les interlocuteurs qui ont chacun leur manière de réagir face au trouble de Dory. Cela n’empêche pas de trouver le film un poil long et répétitif. Autre point noir : la musique qui ne marque pas les esprits ainsi qu’une chanson de générique très moyenne qui n’est pas du tout dans le ton du film.

Finalement, le casting vocal s’en sort très bien : Ellen DeGeneres est vraiment top dans le rôle de Dory. Cœur de coup également pour les voix de Dominic West et Idris Elba qui incarnent les phoques complètement barrés. Si vous le voyez en français, préparez-vous entre autres à entendre les voix de Céline Monsarrat (la voix française de Julia Roberts), Franck Dubosc, Kev Adams, Mathilde Seigner ou encore Philippe Lellouche.

Après un Voyage d’Arlo plutôt décevant, Pixar semble être à nouveau sur la bonne voie !

(Et le court-métrage avant le film est absolument génial !)

 

+ : l’humour très bien dosé et les nouveaux personnages secondaires

 : un scénario un peu répétitif

LA scène : « we are so getting fired ! »

  • Note : 4 / 5

 

 

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.