Ice Age 5

Ice Age 5

Mercredi dernier est sorti sur nos écrans le cinquième volet de l’Age de Glace. Dans cet épisode, Sid, Manny et Diego doivent se préparer à l’arrivée d’une gigantesque météorite qui menace de détruire la terre. Aidés de Buck, leur ami belette qu’on a vu dans le numéro 3, les compères vont essayer d’empêcher le cataclysme provoqué par l’univers. A moins que ce ne soit la faute d’un petit écureuil toujours à la recherche de son gland…

Quand il n’y en a plus, il y en a encore ! Et on peut dire que cette fois la sauce ne prend absolument pas. Cela faisait très longtemps que je ne m’étais pas aussi ennuyée dans une salle de cinéma, c’est dire à quel point ce dessin animé a été une véritable déception. L’histoire est extrêmement pauvre et répétitive, les gags sont lourds, les personnages tournent en rond… On ne peut malheureusement rien sauver de ce naufrage.

Il faut savoir s’arrêter et la saga aurait dû se terminer après le troisième volet, qui n’était déjà pas extraordinaire. En fait, les créateurs auraient peut-être dû se tourner vers la mise en place d’une série animée qui aurait permis d’avoir des petites histoires centrées sur des personnages particuliers. Tout aurait été mieux géré car un des grands problèmes de ce cinquième film, c’est le nombre de personnages beaucoup trop important. Impossible d’avoir des storylines qui tiennent la route : seul Manny a droit à une certaine évolution au cours de la saga même si elle reste très banale ; les autres font office de figurants et on ose encore nous en présenter des nouveaux… STOP ! Même Buck, qui apportait pourtant une bonne dose de fraîcheur ne réussit pas à nous faire rire. Et que dire de Scrat… si le petit écureuil était souvent le chouchou du public, c’était parce que ses apparitions, toujours ponctuelles, permettaient au récit de souffler un peu alors qu’ici, les gags ne prennent pas du tout (sauf pour les tous petits) et sont même lassants. Et franchement, je suis cliente des situations absurdes mais il ne faut pas prendre le spectateur pour un débile non plus.

Il faut dire que cette année, on a déjà eu l’occasion de découvrir Zootopia ou Finding Dory qui étaient d’un très bon niveau ; c’est sûr qu’avec une histoire qui tourne en rond (la fin du monde constituait déjà le thème du numéro 4), le film avait de grand risque de se vautrer et c’est le cas. On espère que ce volet sonnera le glas de cette saga dont on retiendra surtout les deux premiers films.

A éviter !

 

(Désolée pour cette critique peu constructive mais je l’écris cinq jours après avoir vu le film et ce sont les seuls éléments dont je me souvienne… voyez à quel point le film m’a marquée !)

 

+ : ok, Buck a une vanne

 : l’histoire répétitive, les gags ratés, le nombre de personnages trop élevé…

LA scène : du coup, la blague de Buck à propos de la rate (oui, oui c’est la seule chose qui m’a fait rire)

  • Note : 1 / 5 (parce que je ne mets pas en dessous de 1)

 

 

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.