Ben-Hur

ben-hur

Nous voilà repartis pour un remake ! C’est au tour du grand classique Ben-Hur de subir une cure de jouvence. Plus de cinquante ans après le film aux 11 oscars, le personnage de Judah Ben-Hur revient sous les traits de l’acteur anglais Jack Huston et devant la caméra de Timur Bekmambetov (réalisateur notamment de Wanted et Abraham Lincoln Vampire Hunter). L’histoire est sensiblement la même : au début du premier siècle, à Jérusalem, le prince Judah Ben-Hur est accusé à tort de trahison par son frère adoptif, Messala, devenu officier de l’armée romaine. Séparé de sa famille et déchu de son titre, il est envoyé aux galères. Après avoir passé plus de cinq ans en mer, Judah revient sur sa terre natale pour se venger de Messala…

Le film est en train de faire un bide total aux Etats-Unis et franchement, on comprend pourquoi : c’est un véritable foutoir ! Les premières scènes suffisent pour comprendre qu’il y aura des problèmes scénaristiques. Il est vital pour un film de bien construire son récit, de développer son histoire et ses personnages de manière convenable. Cela devient impossible quand, durant les 20 premières minutes, vous abordez trop de storylines (la relation entre Judah et Messala, l’origine de Messala, les romains qui débarquent à Jérusalem, la pseudo-tentative d’histoire d’amour, le groupe de révoltés dans la ville, la confrontation de deux religions, etc.). Les intrigues ne sont pas approfondies et les transitions ne sont pas soignées. Ce manque de structure se ressent également par moment sur le plan visuel : la caméra tremble parfois énormément (sérieusement, c’est quoi cette mode d’utiliser une shaky cam qui rend le spectateur aveugle ?!). Heureusement, le récit se calme davantage en deuxième partie pour nous préparer à la fameuse course de chars tant attendue. Sans être totalement mémorable, cette scène reste cependant ce qu’il y a de plus réussi dans ce film.

Grosse déception également du côté du casting : pour l’avoir vu dans d’autres productions (souvent dans des seconds rôles néanmoins, – American Hustle, The Great Fire, The Longest Ride), je suis persuadée que Jack Huston est un bon acteur mais le rôle de Ben-Hur ne lui va tout simplement pas. Est-ce une erreur de casting ou une mauvaise direction d’acteur ? Difficile à dire. Toby Kebbell (Messala) propose lui aussi une partition plutôt plate et Morgan Freeman nous a habitué à mieux. Même son de cloche chez les filles, Nazanin Boniadi en tête (alors que j’adore cette actrice qu’on a pu voir dans Homeland ou How I met your mother). J’ai d’ailleurs eu l’impression que beaucoup de voix et de dialogues avaient été rajoutés en post-production car les intonations des acteurs étaient tout sauf naturelles et souvent en désaccord avec les images.

Bref, mal écrit, mal joué, sans émotion et sans tension (sans parler du message biblique absolument mal traité), ce remake de Ben-Hur va vite passer aux oubliettes.

J’ai l’impression de terminer beaucoup trop de critiques par les mêmes remarques mais apparemment elles ne sont pas entendues : par pitié, chers studios et autres grandes maisons de production, arrêtez avec les remakes-reboots-prequels-sequels… on veut des histoires originales !

 

+ : la course de chars qui sauve le film

– : un scénario brouillon et des acteurs qui patinent

LA scène : la course de chars

  • Note : 1,25 / 5

 

 

7 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.