Arrival

arrival

Lorsque douze vaisseaux extraterrestres apparaissent subitement sur Terre, une équipe d’experts menée par la linguiste Louise Banks est chargée d’établir les premiers contacts et de comprendre la raison de leur présence.

Arrival (ou Premier contact en VF) est le nouveau film de Denis Villeneuve, à qui on doit notamment Enemy, Prisoners et Sicario. Le réalisateur canadien choisit cette fois de s’attaquer à la science-fiction pour notre plus grand plaisir car oui, Arrival est une belle réussite.

En lieu et place d’un énième blockbuster retraçant des attaques d’extraterrestres sur Terre, le film s’interroge plutôt sur la communication entre deux espèces qui n’ont pas le même langage : comment faire pour se comprendre ? Quelle méthode choisir ? Quels risques peut-on prendre quand on est face à l’inconnu ? Même si on entraperçoit la manière dont les pays du monde entier tentent de collaborer face à ces créatures, on se trouve davantage dans un drame intimiste que dans un film à grand spectacle. De plus, grâce à un montage soigné mais parfois trompeur, l’intrigue se permet même de prendre une nouvelle dimension totalement inattendue durant la deuxième heure. Sans trop en révéler car il vaut mieux garder la surprise, le film bascule vers quelque chose de beaucoup plus poétique et poignant. Ce changement, qui pourrait toutefois dérouter certaines personnes, rend une deuxième lecture presque nécessaire afin d’être sûr d’avoir tout assimilé.

Visuellement, le travail est particulièrement soigné. On commence avec tout un jeu sur les proportions (grandeur des vaisseaux, des lieux, des créatures) qui se poursuit vers quelque chose de plus graphique (notamment avec le « langage » des créatures). D’ailleurs, si vous avez vu Enemy (que je vous recommande totalement si vous aimez avoir le cerveau retourné après un film), peut-être que la forme des créatures vous rappellera vaguement quelque chose. Le son a lui aussi été longuement pensé et est sublimé par une belle bande originale, tantôt mélancolique, tantôt angoissante (la tension lors de la première rencontre est au maximum…).

Le film repose quasi-entièrement sur les épaules d’Amy Adams, absolument géniale. Elle incarne une femme intelligente, ingénieuse et déterminée qui vous émouvra dès le début. Quel plaisir de voir un tel rôle ! Elle est accompagnée par un Jeremy Renner plutôt discret et par un Forest Whitaker toujours au top.

Denis Villeneuve nous livre encore une fois un très bon film, à l’opposé de ce qu’on voit ces temps dans le domaine de la science-fiction (on dirait presque un film de Christopher Nolan… vous comprendrez après l’avoir vu). On en redemande !

 

+ : Amy Adams, excellente écriture, visuellement irréprochable

 : la fin est presque frustrante… on aurait aimé en voir plus !

LA scène : le fameux twist

  • Note :  5 / 5

 

16 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.