Collateral Beauty

collateral-beauty

Après la perte de sa fille, Howard, un publicitaire new-yorkais, sombre dans la dépression. Il rejette la faute sur le Temps, l’Amour et la Mort à qui il rédige des lettres. Ses collègues, soucieux de son bien-être et de celui de l’entreprise, mettent alors au point un stratagème pour l’aider à sortir de ce mauvais pas…

Film choral de fin d’année rempli de bons sentiments, Collateral Beauty peine à séduire malgré son casting cinq étoiles. En fait, l’idée de départ de l’homme qui a perdu son enfant et qui écrit à l’Amour, au Temps et à la Mort était une bonne idée mais le tout est mal exécuté. Ce sont en effet les collègues qui engagent des acteurs pour personnifier ces concepts et les faire interagir avec Howard. On aurait pu accepter cette formule si elle était restée subtile et intelligente mais ce n’est pas le cas. Le fait que tout soit mis en scène gâche l’ambiance. Pire, on a le droit à des débriefings après les rencontres qui sont d’une lourdeur pas possible. Et ce n’est pas tout : en plus des problèmes personnels d’Howard, on nous rajoute encore ceux des collègues : perte d’un enfant, maladie, problèmes familiaux, risques pour l’entreprise… tout sonne faux et pèse sur le bon fonctionnement du film. Peut-être aurait-il été plus judicieux de conserver l’idée des personnifications mais de vraiment jouer le jeu avec un aspect fantastique, les enjeux auraient gagné en intensité. Et je ne reviendrai pas sur le dénouement final, tellement prévisible, que je me demande encore comment certaines personnes ne l’ont pas compris plus tôt.

Difficile donc de ressentir de l’empathie dans ce foisonnement de thèmes difficiles, surtout quand les seules solutions qu’on nous propose sont des choses aussi abstraites que la « beauté cachée ». Heureusement, le film est court (1h37) – on n’aurait pas pu supporter plus de guimauve.

Will Smith est assez bon en père de famille qui n’arrive pas à faire son deuil. Les autres (Edward Norton, Kate Winslet, Michael Pena, Keira Knightley, Naomie Harris) font leur job comme il se doit. Seule la géniale Helen Mirren parvient à se démarquer quelque peu du lot.

Collateral Beauty aurait pu être un film sensible et fragile avec une piste intéressante à explorer. On devra malheureusement se contenter d’un film poussif, maladroit, brutal et mal dosé. Dommage.

 

: l’idée de parler à l’Amour, au Temps et à la Mort, le casting

– : lourdeur pas possible, guimauve

LA scène : le dénouement ?

  • Note : 2 / 5

 

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.