Rock’n Roll

rockn-roll

Rock’n Roll marque le retour de Guillaume Canet à la réalisation quatre ans après l’échec critique et commercial de Blood Ties. L’histoire de ce nouveau film ? Sa vie tout simplement ! Si l’acteur et réalisateur de 43 ans a tout pour être heureux, les propos que va tenir une jeune comédienne de 20 ans risquent de remettre beaucoup de choses en question : Guillaume ne serait en effet pas très « Rock », ni un objet de désir pour les femmes de la jeune génération. La faute à sa vie de famille avec Marion Cotillard et leur fils, sa passion pour les chevaux et son look. Déterminé à changer cette image de ringard, l’acteur est prêt à tout et ira loin, très loin…

Si l’idée de mettre sa propre vie en scène paraissait séduisante, Guillaumet Canet n’en délivre pas moins un film très moyen à l’humour gras. En fait, le problème parait presque trop simple : sa vie n’est franchement pas passionnante ! La plupart du temps, le spectateur ne peut pas s’identifier à ce personnage, ni à ses problèmes (c’est vrai que ça doit être triste de ne pas remporter de César…). On devient alors le témoin d’une crise de la quarantaine extrêmement exagérée et surtout sans grand intérêt. Le seul aspect qui intrigue et intéresse, c’est le couple qu’il forme avec Marion Cotillard. D’ailleurs, je pense que c’est une rare fois où j’ai beaucoup aimé l’actrice (je préfère vraiment quand elle joue en français) : bourrée d’autodérision, elle assume entièrement son rôle d’actrice qui prépare tous ses films à fond. À l’inverse, Canet en fait des caisses, tout comme les guests (« ah que coucou »).

Comme mentionné plus haut, les blagues ne sont également pas d’un niveau sensationnel : répétitives et potaches, elles basculent carrément dans du n’importe quoi dans la deuxième partie du film. Parlons justement de la durée : il faut arrêter cette manie de vouloir à tout prix que les films fassent deux heures. Si votre scénario ne tient que sur une demi-page, contentez-vous d’une heure trente !

Finalement, un mélange de réalité et fiction qui aurait pu être intéressant s’il avait été fait de manière plus subtile. Les Gamins avait par exemple mieux réussi à traiter cette crise de la quarantaine et l’humour était plus fin. Bref, Rock’n Roll  ne porte pas bien son nom !

 

+ : l’autodérision de Marion Cotillard

 : histoire sans intérêt, humour potache, trop long

LA scène : Quand Marion rencontre Céline…

  • Note : 1,75 /5

 

Ps : j’ai vraiment mis du temps avant d’écrire cette critique, c’est dire si le film m’a transcendée…

 

 

 

5 commentaires

    1. Oui j’ai vu que pas mal de personnes l’avaient bien aimé. C’est surtout dans sa deuxième partie que le film se perd je trouve… on part dans quelque chose de tellement potache que j’ai vraiment eu de la peine à sourire. Mais peut-être que je ne suis tout simplement pas le public-cible. Je trouvais pourtant l’idée intéressante. Tu me diras ce que tu en auras pensé.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.