The Lost City of Z

En 1906, le colonel britannique Percy Fawcett part en Amazonie pour cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Pendant son périple, il découvre des poteries qui pourraient appartenir à une civilisation très ancienne qui vivait dans une cité perdue. De retour en Angleterre, Fawcett sera constamment tiraillé entre sa passion pour l’exploration qui le pousse à retourner en Amérique du Sud, et son amour pour sa famille qu’il n’a pas envie de quitter.

La bande-annonce laissait présager un film d’aventure rempli d’action et de grandes découvertes, mais le résultat est tout autre. On a affaire à un film plutôt intimiste et posé. Tout comme les personnages, on navigue au fil du fleuve au milieu de cette jungle dense, mystérieuse et dangereuse. Certes, l’action est tout de même présente mais elle arrive par petites touches, notamment lorsque les explorateurs croisent des indigènes. C’est surtout la quête personnelle de Fawcett qui nous intéresse : comment parvenir à concilier son envie de retourner dans la jungle et le fait de laisser à nouveau sa famille seule pendant des années au risque de ne pas voir ses enfants grandir ? C’est à ce moment que le jeu de Charlie Hunnam devient crucial : charismatique d’un bout à l’autre, l’acteur fait preuve d’une grande justesse et les scènes avec sa famille font partie des plus émouvantes. Il faut dire que sa femme est parfaitement interprétée par une Sienna Miller lumineuse et courageuse. Les compagnons de voyage de Fawcett ne sont pas en reste : Robert Pattinson est méconnaissable et Angus MacFayden joue à merveille l’aristocrate arrogant.

A contre-courant des grosses productions du moment, le rythme assez calme du film fait du bien mais il n’arrive pas à empêcher quelques longueurs, surtout dans la deuxième heure. On peut également regretter l’utilisation des nombreuses ellipses (des sauts dans le temps – l’histoire se déroulant sur plus de vingt ans) qui ne sont pas toujours justifiées ou bien amenées.

Rien à redire concernant l’aspect technique : jouant sur les tons verts/jaunes de la forêt amazonienne, la photo est particulièrement travaillée. James Gray, le réalisateur, nous offre ainsi de très beaux plans, sublimés par une musique envoûtante.

Basé sur des faits réels, The Lost City of Z se révèle au final être un très bon film d’aventure intime et captivant, évoquant très intelligemment le rêve, la quête et le sacrifice.

 

+ : l’histoire, le casting, la photo

 : un peu longuet par moment et beaucoup d’ellipses

LA scène : la dernière scène de Percy Fawcett

  • Note : 3,75 / 5

 

 

 

9 commentaires

  1. D’accord avec toi sur le rythme très lent du film. Ça ne m’a pas dérangé personnellement mais je peux facilement imaginer que ce soit rédhibitoire pour certains. Plus que l’histoire, les acteurs et la mise en scène, c’est le scénario qui m’a particulièrement fasciné. Il raconte plein de choses avec pas mal de subtilité.

    Puis quel plan final, je ne m’en suis toujours pas remis ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.