Wonder Woman

Les échecs cuisants de Catwoman (2004) et d’Elektra (2005) ayant probablement refroidi les studios de production, il aura fallu attendre 2017 pour qu’une super-héroïne soit à nouveau à la tête d’un blockbuster. Et quelle bonne surprise ! Sans être totalement révolutionnaire, notamment dans son scénario, Wonder Woman n’en reste pas moins un très bon divertissement.

Le film revient sur les origines de Diana Prince : son enfance passée avec les Amazones et son entraînement auprès de ces féroces guerrières. Sa vie bascule lorsque Steve Trevor, un pilote de la Première Guerre mondiale se crache près de son île. Diana est persuadée qu’Arès, le dieu de la guerre, est derrière tous ces maux et qu’en le tuant, elle pourra mettre fin à ce conflit mondial.

Véritable atout du film, Gal Gadot crève l’écran d’un bout à l’autre (elle avait déjà fait une apparition très remarquée dans le décevant Batman V. Superman). Son alchimie avec Chris Pine fonctionne parfaitement (même si, personnellement, je n’affectionne pas spécialement cet acteur). La naïveté de Diana face au monde de Steve est plutôt bien traitée et leurs dialogues font mouche (de l’humour à petites doses mais peut-être un peu trop répétitif). Sublime et lumineuse, l’actrice démontre toute sa force dans les scènes d’action : quel plaisir de voir enfin une vraie héroïne badass être au centre de tous les combats !

Peut-on néanmoins dire que le film est féministe ? Cela mérite réflexion. Alors oui, il est réalisé par Patty Jenkins et le travail de la réalisatrice n’a absolument rien à envier à ses partenaires masculins. Mais Wonder Woman reste une origin story très classique – le scénario ressemble énormément à d’autres productions du même genre. Mis à part un petit twist plutôt inattendu vers la fin, il n’y a pas vraiment de surprise ou de nouveauté par rapport à d’autres films. De même, la relation entre Diana et Steve aurait mérité, à mon avis, un tout autre développement.

Autres petits reproches : le film est un peu longuet (2h20) et la dernière scène de combat se noie beaucoup trop dans les effets spéciaux. D’ailleurs, certains trouveront peut-être l’utilisation des ralentis dans les scènes d’actions trop présente mais personnellement, elle ne m’a pas dérangée. Finalement, le film peut aussi compter sur une assez bonne bande-originale : le thème de Wonder Woman est très efficace (on l’avait déjà entendu dans Batman V. Superman).

Il reste encore du chemin à faire pour que les films de super-héros parviennent à se renouveler. Mais ce Wonder Woman démontre au moins que les femmes ont tout à fait leur place dans cet univers.

 

+ : Gal Gadot, les scènes d’action, la musique

 : le manque d’originalité dans le scénario, un peu long

LA scène : l’attaque du No Man’s Land

  • Note : 3,75 / 5

 

 

 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.