Blade Runner 2049

S’il n’avait pas rencontré un grand succès lors de sa sortie en 1982, Blade Runner est pourtant devenu au fil des ans un film culte pour de nombreux cinéphiles. Je ne l’ai cependant découvert que le week-end dernier, afin d’être prête pour cette suite, très alléchante sur le papier : Denis Villeneuve à la réalisation (Prisoners, Arrival), Ryan Gosling devant la caméra, il ne m’en fallait pas plus. Et le résultat est plus que satisfaisant.

L’intrigue de ce Blade Runner 2049, toujours située à Los Angeles, commence trente ans après le premier volet. L’officier K, incarné par Ryan Gosling, est un Blade Runner chargé de trouver et d’éliminer les réplicants non-obéissants (des humanoïdes considérés un peu comme des esclaves modernes). Son enquête va l’emmener sur les traces de Rick Deckard, un ancien Blade Runner disparu depuis des décennies…

Hypnotisant d’un bout à l’autre, Blade Runner 2049 est une immense claque visuelle. Denis Villeneuve et son directeur de la photographie Roger Deakins ont fait un travail remarquable car chaque plan est d’une beauté renversante. On retrouve l’identité esthétique du premier film à laquelle Villeneuve a bien évidemment ajouté sa propre touche, moderne et graphique. Hans Zimmer fait pareil du côté de la musique : les sons bruts, presque électroniques voire parfois assourdissants, accompagnent parfaitement les plans.

Si on ne peut rien reprocher à l’aspect visuel, il faut avouer que le film est long (2h43), lent et contemplatif. Le montage n’est pas saccadé comme pour la plupart des blockbusters du moment. Villeneuve soigne l’image en privilégiant la profondeur de champ et les plans statiques. L’intrigue est également dotée d’un rythme plutôt calme et posé. Cela n’empêche pas au scénario de rester complexe et de ne pas livrer toutes les réponses, mais il faut s’habituer à cette cadence ralentie.

Finalement, Ryan Gosling crève l’écran durant tout le film, grâce à sa présence et à sa prestance. Il n’a pas besoin de dire grand-chose pour marquer les esprits : tout passe par le regard. Il incarne un personnage plutôt sombre, assez physique, mais qui aura tout de même ses moments de doute. Face à lui, Harrison Ford reprend du service dans le rôle de Deckard, même s’il n’est présent que dans le dernier tiers du film. Enfin, parmi les seconds rôles, soulignons les bonnes prestations de Robin Wright, Sylvia Hoeks et Ana de Armas (absolument formidable) qui incarnent des personnages féminins qui allient muscles et intelligence.

La thématique de l’intelligence artificielle est toujours extrêmement intéressante, en plus d’être d’actualité. Blade Runner 2049 permet à nouveau de prolonger les réflexions autour du rôle des humanoïdes, tout en y ajoutant des touches de poésie. Mais c’est avant tout un film de science-fiction visuellement magnifique qui mérite à tout prix qu’on le regarde sur grand écran.

 

+ : visuellement irréprochable et Ryan Gosling est magistral

 : il faut se faire au rythme lent

LA scène : la première rencontre K – Deckard (et aussi la scène de « sexe » qui est sublime)

  • Note : 5 / 5

 

PS : il vaut mieux avoir vu le premier pour bien comprendre l’univers et l’intrigue de ce volet.

 

8 commentaires

  1. Pas évident de sortir une scène forte dans un film qui en compte autant non ? :p

    Plus sérieusement, je rejoins totalement ton avis. Film hypnotique qui s’avère remarquable autant sur le fond que sur la forme. A part l’écriture un peu « facile » des personnages de Jared Leto et Sylvia Hoeks, et la légère sur-explication finale, je trouve que le long-métrage est absolument irréprochable. Grosse claque !

    Aimé par 2 personnes

  2. Choisir une seule scène ? Peut-être la première simplement chez l’agriculteur. Elle est une synthèse de l’ambiance et du thème emprunté aux westerns… Et c’est cette piste qu’il m’a plue d’emprunter avec ce film.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.