Victoria & Abdul

Basé sur des faits réels, Victoria & Abdul (Confident Royal en VF) raconte l’amitié inattendue entre la Reine Victoria et un jeune Indien, Abdul Karim. L’histoire commence en 1887 lorsqu’Abdul est invité à participer au jubilé de la Reine. De leur rencontre va naître une relation amicale basée sur le respect et sur la découverte d’une autre culture, ce qui ne sera pas au goût de tout le monde…

Après avoir consacré un film à la reine Elizabeth II (The Queen, 2006), le réalisateur Stephen Frears s’attaque à un autre monument de la cour britannique : la reine Victoria. Si bon nombre de films et de séries ont déjà exploré la vie de cette reine (avec dernièrement Victoria, diffusée sur ITV), Frears décide cette fois d’aborder un aspect peu connu : l’amitié entre Victoria et Abdul Karim, qui deviendra une sorte de professeur pour la souveraine. Le réalisateur choisit notamment de traiter cette histoire avec un ton léger, laissant de côté la politique complexe de l’époque. Certes, cela permet de nous présenter des situations cocasses où le choc des cultures offre des moments drôles, mais le manque de profondeur fait que l’intrigue tourne rapidement en rond – ce qui est par exemple le cas des serviteurs lassés par le rapprochement entre la reine et Abdul. En revanche, il faut reconnaitre que les Anglais maîtrisent totalement l’art du second degré et l’ironie, qui fonctionnent ici à merveille.

Autre élément qui aurait mérité un meilleur traitement : le passage du temps. Le film couvre presque une quinzaine d’années mais il n’y a (quasi-) aucun indice, aucune évolution majeure (si ce n’est les dix dernières minutes et encore…) qui laisse transparaître un nombre d’années aussi important : preuve que l’intrigue manque d’épaisseur.

Si la mise en scène est hyper classique, le casting est au moins très réussi. Judi Dench, monstre sacré du cinéma, incarne parfaitement bien cette reine un peu grincheuse et acariâtre, qui se découvre une passion pour les Indes dont elle est l’impératrice. Quant à Ali Fazal, il interprète un Abdul avec une grande fraîcheur. Relevons aussi les prestations d’Eddie Izzard en fils blasé et Paul Higgins en médecin colérique.

En bref, Victoria & Abdul est un joli moment de cinéma, sans aucune prise de tête, mais qui reste malheureusement beaucoup trop en surface pour marquer les esprits. Sympa, mais sans plus.

 

+ : le casting et l’humour anglais

 : manque de développement et intrigue qui tourne en rond

LA scène : lorsque la reine pousse la chansonnette

  • Note : 2,75 / 5

 

 

6 commentaires

    1. C’est toujours ce qu’il faut faire 😉
      J’ai oublié de préciser qu’il y avait des gens totalement irrespectueux dans ma salle… je suis « sortie » de l’histoire du film à plusieurs reprises tellement ils m’ont énervée… c’est peut-être aussi pour ça que mon avis est aussi mitigé.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.