The Snowman

Adapté du roman de Jo Nesbø, The Snowman nous emmène en Norvège, en plein hiver. Une mère de famille vient de disparaître et son écharpe est retrouvée autour d’un bonhomme de neige. L’enquête est confiée au détective Harry Hole et à une nouvelle recrue, Katrine Bratt.

Comme cela devient bien trop souvent le cas, The Snowman est apparemment une nouvelle victime de l’acharnement des studios et du manque d’écoute vis-à-vis des créateurs : il semblerait en effet que le réalisateur, Tomas Alfredson, ait été obligé de couper un bon nombre de scènes durant le tournage à cause du manque de temps. Les conséquences se ressentent malheureusement lors du visionnage : on se retrouve avec des problèmes de cohérence dans l’histoire et un sous-développement majeur des personnages. A noter aussi que de nombreuses scènes présentes dans la bande-annonce ne figurent pas dans le projet final. Si on ne saura probablement jamais ce qu’il s’est véritablement passé, une chose est sûre, ce thriller scandinave est une véritable déception.

La faute dans un premier temps à une intrigue bas de gamme, censée être le point fort du film. Les indices étant tellement évidents, on devine le coupable trop facilement et trop rapidement. Et ce n’est pas un montage décousu qui parviendra à tromper le spectateur : au contraire, on se demande pourquoi l’enchaînement de certaines scènes se fait de cette manière, mais cela ne rend pas l’histoire plus complexe, elle n’est simplement pas très bien montée.  Autre élément problématique et non des moindres, le manque de développement des personnages. Forcément, un roman vous laisse la possibilité de construire un véritable univers sans la contrainte du temps. Mais lorsque l’intrigue doit être réduite à un film de deux heures, de nombreux raccourcis sont pris. On les voit avec les personnages secondaires (notamment ceux de J.K. Simmons et de Val Kilmer – qui ne peut d’ailleurs plus bouger les traits de son visage) mais aussi avec celui d’Harry Hole qui est presque réduit à la figure classique du détective alcoolique et tourmenté. Même si Michael Fassbender fait du mieux qu’il peut, même s’il a la carrure du flic et l’attitude d’un tel rôle, on a l’impression qu’il s’ennuie par moment et donc nous aussi (les problèmes de rythme du film n’aidant pas). Pareil du côté de Rebecca Ferguson dont le personnage est mal exploité.

Ceci est d’autant plus rageant que l’aspect technique est plutôt correct (à part une musique parfois trop envahissante), sans être toutefois trépidant. Mais le manque de tension et d’émotion de l’intrigue a tendance à rendre l’ensemble un peu plat.

Bref, des embrouilles de production et de post-production viennent à nouveau gâcher un projet qui semblait prometteur. Et comme à chaque fois, les principales victimes sont les spectateurs. Dommage.

 

+ : Michael Fassbender, quelques jolis plans

 : intrigue trop faible, sous-développement des personnages

LA scène : le face à face avec le coupable

  • Note : 1,5 / 5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.