Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Alors que neuf mois ont passé depuis l’assassinat de sa fille et que le meurtrier court toujours, Mildred Hayes décide de prendre les choses en main pour relancer la police dans son enquête : elle affiche un message controversé sur des énormes panneaux publicitaires à l’entrée de sa ville…

Lauréat de quatre prix prestigieux aux derniers Golden Globes (meilleur film, scénario, acteur dans un second rôle et meilleure actrice), Three Billboards Outside Ebbing, Missouri est la vraie bonne surprise de ce début d’année. Signé du réalisateur et auteur de pièces de théâtre britannique Martin McDonagh, le film dépeint le quotidien d’américains moyens vivant dans une petite ville. Le message contenu sur les panneaux, qui vise surtout l’incompétence de la police, n’aura pas seulement des répercussions sur le shérif concerné et sur ses officiers, mais sur la ville entière. La thématique de la vengeance est bien évidemment présente (comme en témoigne aussi le titre VF Les panneaux de la vengeance), mais le film traite avant tout des défauts de la justice et du courage d’une mère qui ne perd pas espoir de voir l’assassin de sa fille derrière les barreaux.

Les 1h55 défilent à grande vitesse, dopées par le rythme et la finesse des dialogues ainsi que par l’intelligence du scénario qui ne cesse de nous proposer des retournements de situation plutôt surprenants. Si la mise en scène est tout à fait correcte, ce sont surtout les personnages qui sont mis en avant, au détriment d’une réalisation vraiment marquante. Finalement, Frances McDormand est tout simplement parfaite dans le rôle de cette mère endeuillée un peu froide, qui ne rit jamais et qui est capable de tout (l’Oscar est véritablement à portée de main) : ce n’est pas le genre de personnage féminin qu’on voit beaucoup sur les écrans, il faut donc les chérir. Personnellement, j’aurais bien aimé que la relation qu’elle entretient avec son fils (incarné par Lucas Hedges) soit davantage développée. Face à elle se trouvent deux très bons acteurs : Woody Harrelson prête ses traits au shérif visé par les panneaux et Sam Rockwell interprète un flic fils-à-maman plus malin qu’il n’y paraît. C’est d’ailleurs ce dernier qui a l’évolution la plus intéressante au cours du film.

Tour à tour comédie noire et drame, Three Billboards réussit même à nous proposer des moments tendres et émouvants qu’on n’attendait pas, preuve qu’il s’agit réellement d’un des scénarios les plus passionnants du moment. Pas de doute, le film risque encore de remporter bien des prix et c’est amplement mérité !

 

+ : le scénario original et le casting

 : le manque de développement mère-fils

LA scène : le feu dans la station de police

  • Note : 4,25 / 5

 

 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.