The Post

Quel film, mais quel film !

The Post revient sur l’affaire des Pentagon Papers, une fuite de renseignements concernant la guerre du Vietnam publiés par des journaux américains en 1971. Ces documents, classés top secret, ont provoqué de vives réactions dans la classe politique américaine au point de remettre en cause la liberté de la presse…

Intelligent, passionnant et surtout nécessaire, The Post réussit l’exploit de faire résonner une histoire des années 1970 avec notre époque. Il met parfaitement en avant le débat autour de la publication de documents sensibles : que faire de ces informations confidentielles ? Les publier ? Les censurer ? Quels sont les risques ? Que faire quand le gouvernement vous interdit d’en parler ? Doit-on le respecter ? Qu’en est-il de la liberté de la presse ? Même si on connaît l’issue finale, la maîtrise des dialogues et le génie du scénario nous captivent du début à la fin. Spielberg soigne aussi son image grâce à une superbe mise en scène et une très belle photo qui joue dans les tons bleus et jaunes/orangés (les cadrages et la lumière mériteraient d’ailleurs une analyse approfondie).

Au travers du personnage de Katharine Graham, la directrice du Washington Post, le film met également un point d’honneur à évoquer l’égalité hommes-femmes, notamment dans les postes à haute responsabilité. Katharine Graham est parfaitement incarnée par Meryl Streep (qui a reçu une 21e nomination aux Oscars pour ce rôle), qui délivre une performance tout en subtilité, à l’image de l’écriture du personnage. Consciente de sa position, Graham prend le temps d’écouter les avis de ses conseillers mais elle seule prendra la décision finale. Face à elle se trouve son éditeur en chef (interprété par un Tom Hanks plus que convaincant) déterminé à publier ces documents coûte que coûte. La rencontre entre les deux acteurs, dont c’est la première collaboration, est simplement délicieuse. Le reste du casting, dont les rôles sont plus discrets et moins développés, s’en sort très bien.

Véritable ode au journalisme et à la liberté de la presse, The Post est une nouvelle preuve du talent indéniable de Steven Spielberg (et quand on sait que la totalité de la production, du tournage et de la post-production n’a duré que 9 mois, on ne peut que saluer le travail de ce très grand monsieur).

 

+ : le scénario, les acteurs

 : si on veut chipoter, certains personnages sont peu développés

LA scène : la décision concernant la publication

  • Note : 5 / 5

 

9 commentaires

  1. Un peu moins enthousiaste que toi mais le film est en effet parfaitement maîtrisé. Pas grand-chose à redire si ce n’est peut-être un côté un peu trop démonstratif de temps en temps. J’ai été particulièrement impressionné par Meryl Streep sinon.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.