Annihilation

Une fois n’est pas coutume, je déroge à ma règle pour vous parler d’un film sorti le 12 mars dernier sur Netflix : Annihilation, réalisé par Alex Garland, à qui on doit le très bon Ex Machina. Le film a pu bénéficier d’une petite sortie dans les salles américaines et il aurait dû en être pareil chez nous mais voilà, la Paramout, le studio qui le produit, en a décidé autrement : il semblerait que les spectateurs présents lors des projections tests aient trouvé le film trop compliqué et les producteurs, qui auraient eu peur d’un échec commercial, auraient exigé qu’Alex Garland revoie sa copie. Le réalisateur britannique ayant refusé de modifier le moindre plan, le compromis fut trouvé avec une sortie sur Netflix. Et même si j’adore cette plateforme, qu’est-ce que j’aurais aimé voir Annihilation sur grand écran !

Il s’agit d’un parfait condensé de tout ce que j’aime dans la science-fiction : un film beau, intelligent et mystérieux qui propose plusieurs niveaux de lecture. Le postulat de départ est assez simple : Lena, une biologiste, participe à une mission destinée à découvrir ce qu’il se passe dans une zone où un étrange phénomène, probablement d’origine extra-terrestre, se propage. À l’exception d’un soldat dont les organes sont en train de lâcher, personne n’est ressorti de cet endroit, ce qui laisse présager les pires suppositions : les personnes envoyées là-bas deviennent-elles folles ? Sont-elles restées coincées ? Des monstres ou des extraterrestres sont-ils présents ?

Il ne faut pas vous attendre à un énième film de confrontation entre les humains et des formes extraterrestres. Un peu à la manière d’Arrival, Annihilation propose quelque chose de plus poétique avec tout de même son lot de suspense à tendance horrifique. Cela se ressent dans l’univers visuel et dans les décors où on alterne constamment entre des éléments féériques et terrifiants (même si certains effets visuels sont trop voyants). La bande-originale joue sur les sonorités brutes et électroniques pour renforcer le mystère de cet endroit.

Mais le film est plus qu’une découverte d’un monde étrange : c’est un film intime ayant pour thème l’autodestruction, même si chacun ira de son interprétation. Il faut pour cela prêter attention aux personnages. Le casting féminin (Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Gina Rodriguez, Tessa Thompson et Tuva Novotny), qui comprend les cinq exploratrices, délivre de bonnes performances, même si les personnalités de ces femmes ont un air de déjà-vu. On apprécie surtout la douceur et la force de Natalie Portman, qui interprète la biologiste Lena. Et Oscar Isaac, qui incarne son mari, joue également tout en retenu.

La narration étant entrecoupée de flash-backs et de flash-forwards, on lève le voile sur le mystère au fur et à mesure, avec certes un rythme assez lent. Un deuxième visionnage semble nécessaire pour relever et analyser toutes les subtilités. J’ai un faible pour ce genre de film qui vous force à réfléchir et qui vous pousse à la discussion. Si c’est le cas également pour vous, tentez l’expérience ! Et prouvez à la Paramout que vous êtes des spectateurs exigeants qui n’ont pas peur de voir des films audacieux.

Bref, deuxième réalisation pour Alex Garland et deuxième réussite : il faudra définitivement compter sur lui ces prochaines années. Coup de cœur !

 

: l’intrigue, l’univers, le propos, les actrices

 : personnalités des exploratrices un peu clichées et quelques effets visuels pas assez travaillés

LA scène : l’intérieur du phare

  • Note : 4,25 / 5

 

2 commentaires

  1. Dommage, comme le film avec Ethan Hawke, Prédestination, un remarqualble film de SF également, nous ne pourrons le voir sur grand écran : conclusion, en SF, aux USA, il ne faut pas faire trop bien pour être vu. C’est une conception de la SF très blockbuster, et qui ne doit surtout pas faire réfléchir.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.