The Death of Stalin

Comme son titre l’indique, The Death of Stalin revient sur les jours qui ont suivi la mort du chef suprême de l’Union Soviétique, survenue le 5 mars 1953. Il ne s’agit cependant pas d’un biopic traditionnel comme on a l’habitude d’en voir, mais bien d’une comédie satirique qui s’intéresse aux différents ministres chargés d’assurer la succession du leader soviétique.

Résultat, le mélange des tons fonctionnent plutôt bien. Le film s’insère dans un contexte sérieux, durant lequel le régime stalinien procède à des arrestations et à des condamnations à tout bout de champ. Il y règne un climat pesant où les complots et messes basses sont nombreux. Et en même temps, on se retrouve face à des scènes totalement absurdes (la découverte du corps de Staline est vraiment très réussie) avec des personnages caricaturaux qui parlent un langage qui n’est pas du tout historique. Le film étant très bavard, les dialogues sont légions et constituent la véritable force du long-métrage : il faut impérativement le voir en VO (mais ça, je ne devrais même plus le préciser) pour apprécier la finesse et la précision de l’écriture, ainsi que la diversité des accents britanniques. Ces répliques qui fusent donnent également au film un côté très théâtral qu’on ressent aussi dans la mise en scène (même si le film n’est pas inspiré d’une pièce de théâtre mais d’une bande-dessinée).

Malgré tout, The Death of Stalin souffre de quelques problèmes de rythme car même si certaines scènes prennent volontairement du temps (le concert du début, la découverte du corps) et d’autres bénéficient d’un montage plus ciselé, on recense quelques coups de mou probablement dus au fait que le sujet tourne un peu trop en rond. Heureusement donc que le film ne dépasse pas ses 1h47.

Pour finir, les acteurs, qui incarnent presque tous des figures historiques, sont excellents, ce qui est un avantage dans un film choral comme celui-ci. J’ai personnellement beaucoup aimé les prestations de Jason Isaacs (qui joue un général) et de Rupert Friend (qui interprète le fils de Staline) à cause de leurs rôles très décalés par rapport aux autres.

Grâce à des bonnes prestations et à une écriture soignée, The Death of Stalin parvient à insuffler une certaine légèreté dans un contexte complexe et sérieux. On n’aurait pas dit non à davantage d’absurdité tant elle est efficace !

 

+ : l’écriture absurde et les acteurs

– : problèmes de rythme et sujet qui tourne un peu en rond

LA scène : la découverte du corps de Staline

  • Note : 3,5 / 5

 

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.