10 bonnes raisons de regarder Humans

Ma chronique sur les séries est de retour !

Comme les années passées, je profite des beaux jours pour vous présenter quelques séries que j’affectionne beaucoup.

Et je commence par vous parler d’une série peu connue qui s’intitule Humans. Diffusée depuis juin 2015 sur la chaîne anglaise Channel 4 (et également sur AMC aux Etats-Unis et sur TF1 Séries-Films en France), Humans est l’adaptation de la série suédoise Real Humans. Se déroulant dans un futur proche, la série raconte l’histoire d’une famille qui, comme la plupart des gens, fait l’acquisition d’un Synthètique (Synth en anglais), un robot doté d’intelligence artificielle qui ressemble à un humain. Obéissants et principalement utilisés pour les tâches domestiques, les Synths ne semblent pas être dangereux jusqu’à ce que certains soient dotés d’une conscience…

Si la série se fait plutôt discrète sur les réseaux sociaux, elle vaut vraiment le coup d’œil, notamment si la thématique de l’intelligence artificielle vous intéresse.

Voici donc les 10 bonnes raisons de regarder Humans !

N°1

La thématique de l’intelligence artificielle : thématique on ne peut plus actuelle, l’intelligence artificielle continue de fasciner le grand comme le petit écran. Elle est traitée ici avec beaucoup de justesse et de réalisme, en explorant notamment les droits de ces machines.

 

N°2

Le postulat de départ : puisque sa femme Laura travaille beaucoup, Joe Hawkins décide un jour d’acheter un Synth, prénommé Anita, pour aider sa famille dans les tâches ménagères. Partant d’une bonne intention, la décision de Joe va pourtant bouleverser le quotidien de la famille. Si les enfants semblent s’adapter rapidement, Laura émet encore des doutes face à cette technologie, d’autant qu’Anita agit parfois très bizarrement…

 

 

N°3

The bigger picture : si l’histoire de la famille Hawkins permet d’avoir un ancrage réel, la série pose des questions intéressantes concernant la place qu’il faut accorder aux robots dans notre société. Peuvent-ils et doivent-ils remplacer les hommes dans leur travail ? Peut-on leur faire confiance ? Quels sont les risques ? Ajoutez à cela un soupçon de mystère lié à des Synths très particuliers et le résultat sera captivant.

 

N°4

La diversité des personnages : c’est le gros point fort de la série puisqu’elle se penche sur plusieurs types de personnages. Outre la famille Hawkins, on suit l’histoire de plusieurs Synths – conscients ou non (certains plus énigmatiques que d’autres), mais aussi de scientifiques, d’experts ou des personnes mal intentionnées. Cette diversité approfondit le rapport entre les personnages et maintient l’intérêt pour la série sur le long terme puisque de nouveaux protagonistes font leurs apparitions à chaque saison.

 

 

N°5

Les sujets abordés : qu’est-ce qui nous définit en tant qu’humain ? Le fait d’être doté d’une conscience suffit-il pour affirmer que les robots ont de l’humanité en eux ? Qu’en est-il de leurs sentiments ? Peut-on tomber amoureux d’une machine ? Lorsqu’ils deviennent conscients, ces robots peuvent-ils avoir les mêmes droits que les humains ? Doivent-ils impérativement être intégrés ? Peuvent-ils être intégrés ? Je me répète mais ces sujets, en plus d’être bien traités (on est loin du simple manichéisme), sont très actuels.

 

N°6

La progression de l’intrigue : si la saison 1 met en place la thématique, la saison 2 développe la question de la conscience et de la place des robots, qui seront totalement revues après les événements précédents le premier épisode de la saison 3. La famille Hawkins devra également évoluer au fil des péripéties qui lui arriveront : le couple sera en danger, le rôle de Mattie, l’aîné de la famille, deviendra considérable, Sophie, la petite dernière voudra ressembler à un robot… Pas le temps de s’ennuyer un seul instant !

 

 

N°7

Le talent des acteurs : comme très souvent, les acteurs anglais prouvent toute l’étendue de leur talent. Parmi les plus connus, citons Colin Morgan (Merlin), Gemma Chan (Fantastic Beasts and Where to Find Them) ou encore Emily Berrington (The White Queen, 24). La distribution est complétée par des habitués des seconds rôles comme Katherine Parkinson, Tom Goodman-Hill, Neil Maskell, Ruth Bradley et bien d’autres. Tous sont excellents !

 

 

N°8

L’esthétique des robots : forcément, puisqu’ils ressemblent aux humains, les robots sont incarnés par des acteurs auxquels on a simplement ajouté des lentilles de contact vert fluo afin de les reconnaitre (avec aussi un peu de maquillage). Ils se distinguent également par leur manière de se mouvoir et par leurs expressions faciales artificielles (bien qu’elles évoluent une fois qu’ils deviennent conscients…). Pas besoin donc de grands effets spéciaux pour que ces robots soient crédibles !

 

N°9

Une production soignée : le propos étant certes plus fort que l’aspect visuel, ce dernier est tout de même particulièrement bien travaillé grâce à une belle photographie et à des décors bien exécutés.

 

N°10

Le format : les deux premières saisons comptent chacune huit épisodes de 45 minutes et la troisième est en cours de diffusion sur Channel 4. Vous avez donc le temps de rattraper les épisodes afin d’être à jour pour la suite de la saison 3 ou pour la potentielle saison 4 (on croise les doigts).

 

La bande-annonce de la saison 1 :

 

Alors, qu’attendez-vous ?

 

Les précédents articles :

 

L’image provient de http://www.senscritique.com. Les gifs viennent de Tumblr. ©Channel4 / AMC

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.