Sicario : Day of the Soldado

Sorti en 2015, Sicario avait marqué les critiques et le public par son ambiance pesante et son histoire violente. Si une suite a rapidement été envisagée, elle a tout de même dû se faire sans une bonne partie de l’équipe : exit le personnage d’Emily Blunt, exit Roger Deakins à la photographie, exit Johann Johannsson à la musique (le compositeur nous ayant malheureusement quittés) et surtout exit Denis Villeneuve à la réalisation. Avec tant de départs, on pouvait s’attendre à un film de seconde zone et finalement ce Sicario : Day of the Soldado est une relativement bonne surprise.

Comme pour le premier, l’intrigue tourne autour de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis et autour des cartels. Il est question ici de terroristes qui passent la frontière pour commettre des attentats sur le sol américain. Le gouvernement américain fait à nouveau appel à l’agent de la CIA Matt Graver incarné par Josh Brolin (déjà à l’affiche cette année d’Avengers et Deadpool 2, il est partout !) pour tenter de mettre de l’ordre. Matt est rejoint par le mystérieux Alejandro, toujours interprété par Benicio Del Toro, et les deux ont carte blanche pour mener à bien leur mission qui consiste à kidnapper la fille d’un chef de cartel. Mais l’opération va être plus compliquée que prévue…

S’il est moins ambitieux visuellement que le premier, le film reste tout de même efficace. Malgré une légère baisse de rythme à mi-parcours, l’intrigue, signée Taylor Sheridian (scénariste du premier Sicario et aussi du très bon Wind River), est suffisamment bien menée pour maintenir l’attention du spectateur durant les deux heures. Peut-être que certains la trouveront trop simple, mais elle va au moins droit au but en nous proposant même quelques surprises (mais aussi quelques incohérences – ceux qui l’ont vu savent à quoi je fais référence), sans toutefois atteindre le niveau de Sicario.

Comme le précédent, la violence est présente d’un bout à l’autre (la scène du supermarché fait particulièrement froid dans le dos tant elle est réaliste) et tout semble permis, peu importe de quel côté on se trouve. Et comme le personnage d’Emily Blunt n’est plus là pour juger les actions des personnages, on perd un peu la notion de ce qui est légal ou moral, et de ce qui ne l’est pas. Mais en contrepartie, le personnage de la fille du chef de cartel va semer le doute chez nos soldats qui remettront certaines de leurs actions en question. Relevons d’ailleurs les très bonnes prestations des acteurs, notamment des trois principaux (Josh Brolin, Benicio Del Toro et Isabela Moner).

Sicario : Day of the Soldado est donc un thriller plutôt efficace, bien interprété et avec des thématiques très actuelles, mais qui ne parvient jamais à surpasser le premier film.

 

+ : les acteurs

 : moins ambitieux que le premier

LA scène : l’embuscade sur la route

  • Note : 3,5 / 5

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.