Crazy Rich Asians

Crazy Rich Asians est la bonne surprise de cet été aux États-Unis. Produit par un studio hollywoodien majeur (Warner Bros.) et doté d’un casting presque entièrement composé d’acteurs américano-asiatiques, le film a remporté un gros succès au box-office, au point qu’une suite serait déjà en préparation. Cette comédie romantique raconte l’histoire de Rachel Chu, une professeure d’économie new-yorkaise qui part à Singapour pour rencontrer la famille de son petit-ami Nick. Elle découvrira que Nick vient d’une famille extrêmement riche et qu’il est probablement l’un des célibataires les plus convoités de Singapour…

Les comédies romantiques se faisant de plus en plus rares sur grand écran, on ne va pas bouder notre plaisir lorsqu’une parvient à se faufiler un chemin jusque dans les salles. Même si on sait pertinemment à quelle sauce on va être mangé, la séance reste agréable. Et c’est le cas pour Crazy Rich Asians. Suivant un scénario des plus conventionnels et sans la moindre surprise narrative, le film a quand même un petit quelque chose de rafraichissant qui nous fait passer un bon moment. Il y a d’abord les bonnes performances du casting, dont certains visages sont plus connus que d’autres. L’alchimie entre les personnages de Rachel (Constance Wu) et Nick (Henry Golding) fonctionne plutôt bien. Dommage toutefois que certains personnages, notamment les seconds rôles, ne bénéficient pas d’une écriture particulièrement développée et se contentent d’être une accumulation de clichés : la cousine sympa (Gemma Chan) qui fait amie-amie avec Rachel, la belle-mère froide – interprétée par la très classe Michelle Yeoh, ou encore la meilleure amie un peu déjantée (Awkwafina).

En revanche, même si la thématique de la rencontre de la belle-famille a souvent été traitée, situer l’intrigue entièrement à Singapour dans une famille asiatique aux grandes traditions apporte son petit côté original et donne lieu à quelques scènes cocasses, notamment lorsque Rachel découvre certaines coutumes. Malgré cela, les aspects plus techniques restent trop approximatifs pour en faire un long-métrage mémorable : la mise en scène de Jon M. Chu (réalisateur de Now You See Me 2) n’a absolument rien de sensationnel et on trouve quelques faux-raccords qui font parfois mal aux yeux. Avoisinant les deux heures, le film aurait également mérité d’être légèrement raccourci pour donner plus de rythme à son récit et pour éviter les répétitions de scènes vers la fin.

Crazy Rich Asians remplit donc parfaitement sa fonction de guilty pleasure grâce à la fraicheur de son casting et à son contexte asiatique qui change de ce qu’on voit habituellement. Idéal pour passer un bon moment !

 

+ : la fraîcheur du casting

 : un scénario de rom-com trop conventionnel

LA scène : le mariage du meilleur ami

  • Note : 3 / 5

 

La bande-annonce (trouvée seulement en VO) :

Le film devrait sortir au cinéma durant le mois de novembre en France… même si les dates de sortie sont un peu floues. En tout cas, j’étais la première surprise de le voir programmé cette semaine dans mon cinéma en Suisse. Les mystères de la distribution !

 

 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.