Overlord

6 juin 1944. Le Débarquement allié est imminent. Un petit groupe de soldats américains se retrouvent parachutés au milieu des terres infestées de combattants allemands qu’ils doivent éviter afin de remplir à bien leur mission : détruire un point stratégique contenant une antenne. Mais au moment d’arriver dans le village concerné, les soldats américains remarquent d’étranges choses… Présenté comme cela, Overlord pourrait ressembler à un énième film se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale. Et pourtant, le long-métrage produit par J.J. Abrams et réalisé par Julius Avery insère une petite nouveauté aussi surprenante qu’improbable : des zombies.

Film de guerre ou film d’horreur, Overlord est avant tout une série B plutôt correcte qu’il faut considérer comme un simple divertissement. S’il peut paraitre déroutant sur le papier, le mélange des genres fonctionne assez bien dans l’ensemble. Les deux premiers tiers du film offrent en effet des moments extrêmement tendus, avec une atmosphère angoissante (en tout cas pour mon petit cœur fragile). Les scènes de guerres ont certes un air de déjà-vu, mais elles bénéficient d’une bonne production (on est quand même loin de la scène du Débarquement de Band of Brothers, scène et série absolument cultes que je vous conseille). Le récit ajoute ensuite sa touche horrifique avec la création d’une sorte de laboratoire secret dans lequel des scientifiques allemands mènent des expériences sur des hommes. Un des personnages s’aventure justement dans ce labyrinthe pour y faire des découvertes macabres : une séquence gore et remplie de jumpscares (mais extrêmement prévisibles) à déconseiller aux âmes sensibles.

Mais voilà, le film s’engouffre ensuite dans un dernier tiers totalement ridicule où le gore devient tellement exagéré qu’il en perd son horreur. Et c’est dommage car cette partie annule toute l’ambiance anxiogène installée au départ pour finir dans quelque chose de très bourrin et poussif. Outre ce défaut, le film ne prend également pas la peine de dépeindre des personnages originaux et nous laisse en compagnie de soldats caricaturaux (du côté américain comme allemand), certes bien interprétés par une brochette d’acteurs méconnus (Jovan Adepo, Wyatt Russell, John Magaro, Pilou Asbaek, Mathilde Ollivier), mais très prévisibles.

Parti d’une idée intéressante, Overlord nous laisse sur notre faim après nous avoir fait tressaillir pendant une bonne partie. Divertissement de seconde zone, le film plaira sûrement aux adeptes du film d’horreur et du gore (ce qui est loin d’être mon cas).

 

: l’ambiance dans les deux premiers tiers

 : le dernier tiers qui gâche l’ensemble

LA scène : la visite du laboratoire

  • Note : 2,5 / 5

 

La bande-annonce :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.