Robin Hood

Mais comment a-t-on pu en arriver là ? Robin Hood étant un personnage que j’affectionne énormément, j’étais la première à trépigner d’impatience au moment où ce nouveau remake a été annoncé avec un casting alléchant (Taron Egerton en Robin, Jamie Foxx en Little John, Ben Mendelsohn en Shérif de Nottingham). Puis ce fut la douche froide en voyant les premières images : pas de doute, ce Robin Hood allait suivre les traces du King Arthur de Guy Richtie en proposant une vision « moderne » du personnage dans des décors et des costumes s’éloignant du Moyen-âge. Et comme King Arthur, Robin Hood fut descendu par les critiques avant même sa sortie. Mais cette fois, impossible pour moi de défendre le justicier masqué comme j’ai pu le faire avec Arthur : le résultat n’est en effet pas très glorieux, mais peut-être pas aussi calamiteux que les critiques l’ont vendu. Explications.

Alors oui, Robin Hood est bourré de défauts, à commencer par ses aspects techniques et créatifs qui laissent à désirer. Comme beaucoup l’ont déjà dit, les costumes sont notamment complètement hors-sujet et pas franchement beaux. Nottingham ne ressemble pas non plus à une bourgade anglaise médiévale (en même temps, le film a été tourné à Dubrovnik). Ces anachronismes sont correctement pointés du doigt car ils interviennent dans une période historique précise. Même si la date n’est pas mentionnée, l’intrigue se situe dans notre histoire bien définie, en pleine période des croisades… une telle rupture aurait plus facilement été acceptée si le contexte n’avait pas été historique, mais situé dans un univers « médiéval » parallèle (un peu à la manière de Game of Thrones). Cela ne fonctionne pas ici (moderniser le mythe ne veut pas dire habiller les personnages avec des costumes anachroniques !).

Quelle idée aussi de confier les rênes d’une telle production aux mains d’un réalisateur inconnu (Otto Bathurst, qui s’est surtout illustré à la TV en réalisant des épisodes de Peaky Blinders) ? Forcément, la mise en scène en ressort très impersonnelle, mais à part une course poursuite en chars vraiment dégueulasse (avec des effets spéciaux qui n’ont pas l’air d’être terminés), le reste est passable. Certes, c’est loin d’être exceptionnel, mais il y a quelques idées de plans intéressantes.

En revanche, là où j’ai plus de peine à me rallier entièrement aux critiques générales, c’est concernant le scénario. Oui, l’histoire est prévisible, pleine de rebondissements frôlant l’incohérence (incroyable le nombre de blessures qui se soignent en cinq minutes !), mais en même temps, on parle de Robin Hood, cela fait partie de l’essence du personnage. Il s’agit en plus d’une origin story qui doit forcément reprendre les codes du personnage. Il manque donc de l’originalité, mais on ne peut pas dire que l’intrigue soit hors-sujet : c’est simplement une énième aventure de Robin Hood et si vous aimez ce personnage, cela ne vous dérangera pas du tout.

Finalement, j’ai beau aimé Taron Egerton de tout mon cœur, j’avoue qu’il n’est pas toujours très juste en Robin (disons qu’il n’est peut-être pas aidé par des dialogues un peu bancals – et encore, je l’ai vu en VF, je vous laisse imaginer l’horreur). Jamie Foxx fait du Jamie Foxx, Ben Mendelsohn incarne un Shérif qui en fait parfois des caisses, Jamie Dornan manque de matériel pour donner de la force à son personnage. Mais la palme de la pire interprétation revient probablement à Eve Hewson que j’ai trouvée extrêmement transparente et fade pour un personnage aussi important que Marian (et forcément, l’histoire d’amour entre Robin et Marian en souffre).

Robin Hood se termine avec une fin ouverte, laissant présager une suite, mais vu l’échec critique et commercial qu’il est en train de subir, cela semble compromis. Si, comme moi, Robin Hood est un personnage que vous appréciez, cette séance ne sera pas aussi désagréable que tout le monde le laisse entendre. Les autres devront se contenter des anciennes versions.

 

+ : l’esprit « Robin Hood » qui est présent

– : les costumes

LA scène : le discours de ralliement

  • Note : 1,5 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

7 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.