Widows

Le réalisateur Steve McQueen (Hunger, Shame, Twelve Years A Slave) s’associe à la romancière et scénariste Gillian Flynn (Gone Girl) pour nous présenter Widows (Les Veuves en VF), un thriller dans lequel un groupe de femmes s’unissent pour terminer le travail de leurs maris cambrioleurs, récemment morts dans un braquage qui a mal tourné. S’il est encore un peu tôt pour savoir si le film figurera dans les cérémonies de remises de prix, son casting choral d’exception risque de ne pas passer inaperçu.

La première scène pose rapidement le décor : un groupe de cambrioleurs périssent pendant leur fuite laissant derrière eux femmes et enfants. Rapidement, l’une des épouses, Veronica, reçoit la visite d’un parrain du crime qui lui apprend que son mari lui devait beaucoup d’argent. Pour combler ses dettes, Veronica pense à réunir les autres veuves et ensemble, elles décident de mettre la main sur un butin qui pourrait grandement les aider. Mais pas facile de s’aventurer dans un monde aussi violent et corrompu…

Film noir plutôt efficace, Widows a le mérite de présenter des personnages féminins forts et moins stéréotypés que leurs équivalents masculins. On voit comment elles sont amenées à gérer leurs dettes et leurs familles après la perte de leur mari. Loin de s’apitoyer sur leurs sorts, ce cambriolage sera aussi leur manière de prouver qu’elles sont capables d’être aussi douées que leurs maris. Le film n’évite toutefois pas quelques facilités concernant leurs opérations, mais elles servent la fonction de divertissement.

De la même manière, on est assez surpris par le (trop ?) grand nombre de rebondissements qui figurent dans le long-métrage. Ils permettent de redonner du rythme et de relancer un peu l’intrigue mais certains auraient vraiment mérité plus de subtilité (en particulier le final très rocambolesque). Malgré tous ces coups de théâtre, le film n’échappe pas à quelques longueurs et répétitions qui s’effacent dans le dernier tiers consacré au cambriolage. Il faut bien évidemment du temps pour présenter convenablement tous ces personnages (d’autant qu’une autre intrigue, impliquant des politiciens et des élections, est décrite en parallèle de celle du vol), ce n’est pas donc pas très surprenant de voir le soufflé retomber à quelques reprises (le film dépasse aussi les deux heures).

Au moins, Widows peut compter sur son casting flamboyant, parfaitement mis en avant par la belle mise en scène de Steve McQueen. Sans remettre en cause leurs performances qui sont remarquables, on est peut-être un peu moins surpris de voir Viola Davis et Michelle Rodriguez dans ce genre de rôle, à la différence d’Elizabeth Debicki qui incarne sans doute la veuve la plus intéressante et qui évolue le plus. A côté d’elles, on retrouve des comédiens masculins dans des rôles plus convenus (Colin Farrell, Liam Neeson, Daniel Kaluuya, Bryan Tyree Henry), mais tout aussi talentueux.

Mis à part sa longueur et ses facilités scénaristiques, Widows constitue la bonne surprise de cette fin d’année et permet à ses actrices, toutes exceptionnelles, de briller.

 

+ : le casting

 : un peu long

LA scène : le retournement de situation à mi-parcours

  • Note : 3,75 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.