Alita : Battle Angel

Alita : Battle Angel est l’adaptation en prise de vues réelles du manga Gunnm crée par Yukito Kishiro dans les années 1990, dont les droits ont été acquis par James Cameron. Ce dernier devait dans un premier temps réaliser ce film, mais à cause du tournage d’Avatar et ses suites, il a finalement confié le projet à Robert Rodriguez (Spy Kids, Sin City), tout en restant à la production. Situé dans un futur post-apocalyptique, le film raconte l’histoire d’Alita, une cyborg amnésique sauvée par un scientifique, qui va tenter de percer le mystère de ses origines.

Ce film m’a énormément fait penser à Mortal Engines, sorti en décembre dernier : en plus d’être des productions à gros budget produites par des réalisateurs à succès qui cherchent à lancer des nouvelles franchises, les deux films s’intéressent à des jeunes personnages féminins en quête d’identité qui évoluent dans des univers futuristes riches. Mais étrangement, ces films partagent également les mêmes défauts : une histoire qui peine à développer convenablement tout son potentiel et qui est emmenée par des personnages qui manquent cruellement d’envergure. Les seconds rôles, trop nombreux, ne parviennent pas à exister et leurs actions n’ont rien d’étonnant. Aucune surprise narrative ne vient bouleverser notre séance et la fin n’est que prétexte pour poursuivre l’aventure dans des suites qui ne verront peut-être jamais le jour.

Autrement dit, Alita : Battle Angel a vraiment un air de déjà-vu, ce qui est dommage au vu de la qualité technique dont le film bénéficie. Ce sont surtout les effets spéciaux du personnage d’Alita qui impressionnent. La technique de la motion capture ne cesse de faire des progrès et on ne peut qu’admirer les détails du visage d’Alita (l’actrice Rosa Salazar lui prête ses traits) et la fluidité avec laquelle elle se déplace avec son corps de cyborg. Il en va de même pour les autres personnages mélangeant traits humains et corps métalliques. Les décors et la mise en scène restent en revanche plus conventionnels, même si la qualité est au rendez-vous.

J’émets encore quelques réserves en ce qui concerne les performances de certains acteurs. Christoph Waltz a parfois l’air un peu perdu dans son rôle de ce père scientifique. Keean Johnson, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Ben Schnetzer, n’est pas toujours très juste. Quant à Mahershala Ali et Jennifer Connelly, leurs rôles sont si stéréotypés qu’ils n’arrivent pas à briller.

Loin d’être une catastrophe, Alita : Battle Angel ne parvient tout simplement pas à se différencier de ce qui a déjà été fait. On peut saluer sa qualité technique et ambitieuse, mais son scénario sonne beaucoup trop familier. Mais si vous appréciez ce genre d’histoire et d’univers, vous ne serez sans doute pas déçus !

 

: la qualité des effets spéciaux du personnage d’Alita

 : l’histoire vue et revue

LA scène : le combat dans le bar

  • Note : 2,5 / 5

 

La bande-annonce :

 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.