Stan & Ollie

Laurel et Hardy forment sans doute l’un des duos comiques les plus célèbres du cinéma. Les deux compères font aujourd’hui l’objet d’un long-métrage réalisé par le cinéaste écossais Jon S. Baird s’intéressant à leur dernière tournée sur scène débutée en 1953 en Angleterre. Entre les doutes, la fatigue et les salles qui peinent à se remplir, Stan Laurel et Oliver Hardy vont devoir compter l’un sur l’autre pendant ces quelques dates qui doivent leur permettre de rencontrer le producteur qui financera leur nouveau film s’inspirant des aventures de Robin des Bois.

Il y a fort à parier que le film aura plus d’impact pour les personnes connaissant et appréciant les facéties du duo. Pour ma part, même si je n’ai pas été bercée par leurs sketchs, je trouve que ce Stan & Ollie constitue un très bel hommage aux deux comédiens et permet notamment d’en apprendre davantage sur la relation entre les deux hommes et sur leur façon de travailler. On y voit par exemple que les textes et les sketchs naissent souvent des idées de Stan Laurel, tandis qu’Oliver Hardy se contente de jouer. Et même si leurs avis ne sont pas toujours semblables, leur amitié et leur respect finissent généralement par prendre le dessus. Le scénariste Jeff Pope propose également une intéressante réflexion sur la fin de carrière d’un artiste et les sacrifices qu’elle engendre.

Mais le long-métrage doit surtout beaucoup à son duo d’acteurs qui, en plus de ressembler physiquement aux protagonistes, se sont aussi appropriés leurs mimiques et leurs phrasés. La complicité entre Steve Coogan (Laurel) et John C. Reilly (Hardy) fait des étincelles et ils partagent avec leurs personnages cet incroyable potentiel comique. Même si cette forme d’humour ne plait pas à tout le monde et même si elle a pris de l’âge, il faut avouer que certains sketchs fonctionnent encore énormément (celui de la gare par exemple), preuve indéniable du talent des comédiens (originaux et actuels). Mentions spéciales également à leurs femmes, interprétées par Shirley Henderson et Nina Arianda, qui forment un duo comique à part entière.

Malgré toutes ces qualités, le film reste extrêmement classique et académique dans sa forme, que ce soit dans la mise en scène ou dans la réalisation (à part le plan-séquence du départ plutôt sympathique). On devine aussi aisément où l’histoire va nous emmener, mais ces éléments n’empêchent pas de trouver la séance plaisante.

S’il ne restera peut-être pas dans les annales, Stan & Ollie mérite amplement le coup d’œil pour rendre hommage à ces deux figures importantes du cinéma. Un petit film tout à fait sympathique qu’on regarde avec un grand plaisir.

 

+ : le duo Steve Coogan et John C. Reilly

 : l’ensemble très classique

LA scène : le sketch de la gare

  • Note : 3,25 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.