X-Men : Dark Phoenix

Après le victorieux combat contre Apocalypse dans le précédent opus, les X-Men doivent désormais affronter une des leurs : Jean Grey. A la suite d’une mission dans l’espace durant laquelle elle a été frappée par une mystérieuse force cosmique, Jean voit ses pouvoirs décupler au point de ne pas être capable de les maîtriser. Sa perte de contrôle engendrera des catastrophes irréversibles qui mettront en péril les relations avec sa famille de cœur.

Quatrième volet consacré à la « jeunesse » des X-Men (ils ne sont plus si jeunes si on se fie à la timeline), Dark Phoenix sonne aussi la fin de la saga avec ce casting puisque les super-héros rejoindront prochainement le Marvel Cinematic Universe. Meilleur que son prédécesseur, mais n’arrivant pas au niveau des deux premiers longs-métrages (First Class et Days of Future Past), ce Dark Phoenix est une conclusion en demi-teinte. Si le fait de centrer cette histoire sur Jean Grey nous permettait de nous éloigner un peu des traditionnelles réflexions autour de la cohabitation entre les mutants et les humains, on regrette quand même que le développement du personnage n’ait pas été à la hauteur des ambitions narratives car l’intrigue avait un vrai potentiel. Trop prévisible et rempli de raccourcis, le scénario n’arrive néanmoins jamais à surprendre ou à émouvoir (mais comme le film ne dépasse pas les deux heures, les scènes s’enchainent à un rythme plutôt correct et on ne s’ennuie pas beaucoup).

Il ne faut pas non plus espérer quelque chose d’extraordinaire au niveau de la mise en scène : pour sa première réalisation, Simon Kinberg peine à gérer ses scènes d’action qui ne sont pas toujours claires ou montées avec soin. Et comme c’était déjà le cas dans Apocalypse, les effets spéciaux donnent un côté cheap au film qui réduit nettement sa qualité.

Dark Phoenix peut heureusement compter sur son casting de rêve pour relever le niveau. Il est fort à parier qu’avec des acteurs moins prestigieux, le résultat aurait été calamiteux. Mais comme dans les autres volets, on prend du plaisir à voir ces talentueux comédiens se donner la réplique, même si j’ai trouvé les dialogues de cet opus particulièrement plats. Plutôt convaincante en Jean Grey, Sophie Turner aurait toutefois mérité que le film lui offre une plus grande diversité de scènes au lieu de ne lui proposer que des gros plans durant lesquels elle verse une larme. Pareil pour Jessica Chastain dont le personnage manque de développement. Les autres principaux protagonistes interprétés par James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence et Nicholas Hoult bénéficient au moins d’une bonne conclusion.

Dark Phoenix avait définitivement du potentiel pour se démarquer des autres productions grâce à une intrigue ambitieuse et un casting cinq étoiles, mais il reste un divertissement beaucoup trop quelconque qu’on aura certainement très vite oublié.

 

+ : le casting

– : trop quelconque

LA scène : le premier affrontement entre Jean et les X-Men

  • Note : 2,25 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

8 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.