Once Upon A Time… In Hollywood

Chaque sortie d’un film de Quentin Tarantino est synonyme d’événement, encore plus lorsque le réalisateur américain réunit deux immenses stars comme Leonardo DiCaprio et Brad Pitt. Sélectionné au dernier festival de Cannes, Once Upon A Time… In Hollywood se situe à Los Angeles en 1969 et raconte notamment la vie hollywoodienne de Rick Dalton, un acteur sur le déclin, et sa doublure, Cliff Booth. Si ces personnages fictifs ont été créés pour l’occasion, ils y côtoient entre autres des figures emblématiques de cette époque comme l’actrice Sharon Tate, compagne du réalisateur Roman Polanski, dont le tragique destin a marqué toute une génération.

Et c’est sans doute la grande force de ce film : parvenir à mélanger habilement la fiction et la réalité au point de manipuler et de surprendre le spectateur, tout en rendant un vibrant hommage au cinéma et à la télévision de la fin des années 1960. Le film contient d’ailleurs son lot de références cinématographiques que les cinéphiles aguerris s’amuseront à relever, tandis que les autres spectateurs apprécieront le soin apporté à la reconstitution historique (décors, costumes) et profiteront de la bande-originale entrainante. De même, la mise en scène de Quentin Tarantino s’inspire également de plans symboliques du western (ce qui est tout à fait cohérent puisque les personnages en tournent un) : la scène où Cliff se rend chez les hippies en est le parfait exemple.

Mais si les aspects visuels peuvent difficilement être critiqués, la narration et l’histoire risquent d’en dérouter plus d’un : il suffisait d’écouter les plaintes des spectateurs dans la salle qui se plaignaient à la pause d’une première partie plutôt plate et qui n’avançait pas. Ils n’ont pas tout à fait tort car il faut bien l’avouer, l’histoire peine à s’installer et se contente parfois de simplement dresser un portrait croisé de Rick et Cliff (Sharon Tate/Margot Robbie n’a finalement pas beaucoup de temps d’écran). Ces scènes aux allures contemplatives peuvent donner l’impression de ne pas apporter d’éléments significatifs au récit, d’autant qu’elles s’étalent sur une durée approchant les 2h40. Le rythme en pâlit grandement et les fans d’action devront attendre la toute fin pour satisfaire leurs envies. En revanche, ces scènes plus intimistes servent de prétexte à Tarantino pour évoquer le show-business et les évolutions de l’époque. Si elles sont peut-être difficiles à assimiler au moment du visionnage, elles prennent une autre envergure une fois le film digéré (c’est en tout cas mon ressenti : plus j’y repense, plus je vois la subtilité dans le scénario de Tarantino).

Pour finir, le film repose énormément sur la prouesse des comédiens dont les performances frôlent la perfection. Leonardo DiCaprio joue un acteur excentrique qui se révèle toutefois étonnamment émouvant lorsqu’il avoue sa peur de devenir has-been. A l’inverse, Brad Pitt, plus impassible, incarne la figure du cow-boy qui ne laisse jamais transparaitre ses émotions (même si, personnellement, j’ai toujours un peu de mal avec son jeu). Lumineuse et chaleureuse, Margot Robbie aurait définitivement mérité d’apparaitre plus souvent à l’écran. D’autres jolis noms accompagnent ce trio d’enfer (Dakota Fanning, Emile Hirsch, Al Pacino, Damian Lewis, et j’en passe) dans des rôles toutefois beaucoup plus discrets.

Once Upon A Time… In Hollywood risque probablement de diviser les spectateurs. Certains crieront au génie en relevant toute la finesse du scénario de Tarantino et sa mise en scène soignée. D’autres trouveront peut-être le temps long et regretteront le manque d’action.

 

+ : la mise en scène et le casting

 : le faux rythme et le manque d’action

LA scène : la discussion entre Rick et Trudi

  • Note : 3,75 / 5

 

La bande-annonce :

 

Publicités

6 commentaires

  1. Étant très occupé en août (déménagement), je n’avais pas réagi au moment de la sortie mais je dois dire que je me retrouve pas mal dans ta critique. Comme toi, je pense que c’est un film qui dévoile toutes ses subtilités avec le recul, une fois digéré. C’est déroutant, même pour un Tarantino, mais passionnant. Les acteurs m’ont régalé ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.