Five Feet Apart

Sorti en mars dans les pays anglophones et en juillet directement en vidéo en France, Five Feet Apart (A Deux Mètres de Toi) a miraculeusement réussi à se frayer un chemin jusque sur les écrans des cinémas de ma région. Inspiré d’une histoire vraie, le film raconte le destin de Stella, une adolescente atteinte de mucoviscidose qui partage sa vie sur les réseaux sociaux et qui va tomber amoureuse de Will, souffrant lui aussi de cette maladie. A cause de leurs états de santé, les adolescents ne peuvent s’approcher à moins de deux mètres l’un de l’autre, au risque de se transmettre leurs microbes qui pourraient les tuer. Malgré cette restriction, Stella et Will vont essayer de vivre pleinement leur relation.

Ne soyez pas étonnés d’avoir une forte impression de déjà-vu en lisant ce résumé, Five Feet Apart remplit absolument tous les codes de la romance pour ados sur fond de maladie incurable. Si vous êtes réticents à ce genre, mieux vaut donc passer votre chemin. Quant aux autres, ils ne seront certainement pas surpris par la direction que prend le film, que ce soit dans le fond ou dans la forme. Comme dans ses prédécesseurs (The Fault in Our Stars en ligne de mire), le long-métrage essaie de mixer le côté tragique de la thématique (en se focalisant par exemple sur la rigueur du traitement) et la romance adolescente très édulcorée.

Une douce lumière vient ainsi souvent apaiser l’atmosphère plutôt austère de l’hôpital, principal lieu de l’intrigue. On n’échappe également pas à la bande-originale dans le style « playlist » aux sonorités pop (en plus des violons, bien évidemment). Même si le récit suit un chemin plus que balisé, la séance n’en est pas pour autant déplaisante. Les comédiens y sont pour beaucoup, en particulier Haley Lu Richardson, à la fois rayonnante et très touchante. L’alchimie avec Cole Sprouse, plus discret, fait mouche dès la première scène et la destinée de leur histoire émeut. Une dose de bons sentiments qui contient tout de même son lot d’incohérences et de facilités, devant lesquelles on fermera les yeux.

Sans surprise, Five Feet Apart suit donc la lignée de ses prédécesseurs en n’apportant pas beaucoup de nouveautés, si ce n’est la jolie performance d’Haley Lu Richardson. Mais le film se laisse regarder et les adeptes du genre y trouveront probablement leur bonheur.

 

+ : le casting

– : tous les codes du genre

LA scène : l’avant-dernière

  • Note : 3 / 5

 

La bande-annonce :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.