A Rainy Day in New York

A Rainy Day In New York a bien failli ne jamais sortir en salles à cause de toute la polémique autour de Woody Allen (je ne vais pas relancer l’éternel débat). Cela aurait toutefois été dommage de passer à côté de ce long-métrage qui, même s’il est probablement mineur dans la filmographie du réalisateur, reste tout à fait plaisant à suivre. Comme son titre l’indique, le film raconte la journée de deux universitaires qui se rendent à la Grande Pomme le temps d’un week-end. Étudiante en journalisme, Ashleigh a l’occasion d’interviewer un réalisateur, tandis que son petit-ami Gatsby flâne dans les rues new-yorkaises en attendant de la rejoindre pour lui faire visiter la ville. Bien entendu, rien ne va se passer comme prévu.

Woody Allen ne s’éloigne pas trop de son style et nous livre un long-métrage extrêmement bavard où les dialogues sont légions. Certaines répliques débouchent ainsi sur des échanges savoureux. En revanche, d’autres dialogues sont tellement sophistiqués qu’ils manquent cruellement de naturel : les acteurs ont beau essayer de leur rendre justice, ils ne parviennent pas toujours à ôter cette certaine artificialité qui nous sort parfois du film. C’est surtout le cas en début de projection car la suite parait plus fluide (ou alors on s’y habitue plus facilement). De la même manière, la mise en scène privilégie les longs plans qui laissent plus de liberté aux acteurs, donnant aux scènes un caractère théâtral, alors que d’autres sont montées un peu plus abruptement, enlevant à nouveau ce côté naturel.

Le film se construit donc essentiellement autour de conversations impliquant les protagonistes principaux. La storyline d’Ashleigh est peut-être plus prévisible que celle de Gatsby, mais elle bénéficie de la fraicheur du jeu d’Elle Fanning, absolument parfaite dans le rôle de cette journaliste un peu naïve. Bien sûr, une analyse approfondie permettrait de voir une critique du milieu du show-business et du cinéma, mais elle manque un peu de subtilité.

L’histoire de Gatsby est davantage centrée sur son personnage et sur sa perception du monde et de l’art. Amoureux transi de New York, sa passion pour la ville, même sous un ciel gris, devient vite contagieuse et sa rencontre avec Chan (une Selena Gomez fabuleuse) risque en plus de bouleverser son voyage. Vous connaissez mon admiration pour Timothée Chalamet, il n’a donc pas besoin de beaucoup pour me convaincre, mais je dois avouer qu’il se fait presque voler la vedette par ses partenaires féminines, Elle Fanning et Selena Gomez en tête. Dans tous les cas, il n’y a rien à redire sur les performances du casting (Jude Law, Liev Schreiber, Diego Luna, Rebecca Hall et Cherry Jones complètent la distribution), hormis les quelques soucis évoqués plus haut avec les dialogues.

A Rainy Day in New York n’est sans doute pas un grand cru Woody Allen, mais grâce à son joli casting, à quelques répliques qui font mouche et à son ambiance new-yorkaise, on passe tout de même un sympathique moment.

 

+ : le casting

 : l’artificialité de certains dialogues

LA scène : la dernière

  • Note : 3,25 / 5

 

La bande-annonce :

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.