Hors Normes

Inspiré de faits réels, Hors Normes raconte le quotidien de deux associations qui prennent en charge des personnes atteintes d’autisme sévère. Le film s’intéresse à la fois aux responsables de ces associations, mais également aux référents qui s’occupent de ces personnalités hors normes, tout en abordant aussi les difficultés liées au système et à l’administration.

Depuis le succès d’Intouchables, chaque nouveau film des réalisateurs français Eric Toledano et Olivier Nakache est synonyme d’événement. On retrouve ici le duo dans une comédie dramatique sociale qui traite d’une thématique peu mise en avant par le cinéma : l’autisme. En choisissant de tourner avec des personnes atteintes d’autisme et de vrais référents qui sont chargés de leur bien-être, les réalisateurs confèrent au film un côté documentaire et construisent leur récit essentiellement autour de ces structures associatives. On découvre ces dernières au travers des deux responsables Bruno et Malick, incarnés par les excellents Vincent Cassel et Reda Kateb. Sans trop entrer dans la vie privée de ces personnages (à part le gimmick autour des rendez-vous amoureux de Bruno), le film tient surtout à mettre en avant leur persévérance et leur détermination qui permettent d’affronter un quotidien pas toujours facile. Il faut bien sûr gérer les personnes handicapées (qui représentent parfois un danger pour elles-mêmes et pour les autres), mais aussi les casse-têtes administratifs qui manquent quelquefois de logique.

Néanmoins, on nous montre aussi les failles de telles organisations qui n’arrivent pas toujours à éviter quelques incidents plus ou moins graves. Les référents sont par exemple recrutés parmi des jeunes en réinsertion qui n’ont pas toujours d’expérience dans ce domaine. Mais ces petits moments permettent au moins de rajouter des gages d’authenticité au film.

Les adeptes de la filmographie du duo ne seront donc pas dépaysés par l’ambiance du long-métrage. Outre ce petit côté documentaire, Hors Normes conserve la patte des réalisateurs en abordant un sujet sensiblement grave mais avec des pointes d’humour bienvenues. La poésie passe aussi par des moments plus contemplatifs montés sur des belles musiques. Pour finir, la caméra mobile démontre l’urgence de la situation et donne du rythme au film. Mais comme ce dernier atteint les deux heures, on n’échappe toutefois pas à quelques redondances.

En alliant comédie et drame, Hors Normes suit la trace des précédentes réalisations du duo et permet surtout de mettre en lumière la thématique de l’autisme.

 

+ : Vincent Cassel et Reda Kateb

 : le côté redondant de certaines scènes

LA scène : la danse finale

  • Note : 3,75 / 5

 

La bande-annonce:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.