Charlie’s Angels

Pour son deuxième passage derrière la caméra après le dispensable Pitch Perfect 2, l’actrice et réalisatrice Elizabeth Banks a choisi de relancer la franchise Charlie’s Angels, adapté de la série télévisée des années 1970. Si deux adaptations sur grand écran avaient déjà vu le jour en 2000 et 2003 avec un trio d’anges composé de Cameron Diaz, Lucy Liu et Drew Barrymore, Elizabeth Banks s’est chargée de recomposer une nouvelle triade d’espionnes pour raconter une histoire qui se situe dans la continuité de l’univers présenté en 1976.

On y fait donc la rencontre de Sabina et Jane, deux anges qui travaillent pour l’agence de détectives Townsend tenue par un mystérieux Charlie. Guidées par une ancienne ange devenue « Bosley », elles font la connaissance d’Elena, une scientifique ayant mis au point Calisto, une technologie révolutionnaire pour le compte de son boss, Alexander Brock. Afin d’éviter que Calisto ne tombe entre de mauvaises mains et ne soit utilisée à mauvais escient, les trois femmes vont devoir s’associer pour récupérer cette technologie avant qu’il ne soit trop tard.

N’ayant pas vu les films sortis dans les années 2000, je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce nouveau Charlie’s Angels. Je me suis retrouvée face à un divertissement un peu mou mais qui a au moins le mérite d’être emmené par un trio d’actrices très charismatiques. L’alchimie qui règne entre ces trois anges est sans doute le gros point fort du film. Chacune a droit à son moment de gloire et la dynamique qui découle du trio fonctionne très bien. Comme beaucoup l’ont déjà souligné, Kristen Steward étonne dans un rôle un peu à contre-emploi mais qui révèle son potentiel comique qui, je l’espère, sera réutilisé très prochainement. Révélée cette année dans Aladdin, Naomi Scott continue de nous communiquer sa fraîcheur et sa bonne-humeur et Ella Balinska allie parfaitement force et élégance.

Outre la performance de ces trois actrices, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent. La réalisation d’Elizabeth Banks manque d’ambition et de punch, le comble pour un film d’action. De manière générale, le long-métrage est d’ailleurs assez mou et les temps morts sont trop nombreux. Quant au scénario, il ne faut certainement pas s’attendre à une réinvention du genre. Au contraire, le récit nous embarque dans un classique jeu d’espion qui enchaîne les retournements de situation extrêmement prévisibles et l’humour ne fonctionne pas toujours (mais l’ayant vu en VF, j’imagine qu’une partie des blagues sont tombées à l’eau à cause du doublage et de la traduction). Mais il est vrai que dans le paysage cinématographique actuel, voir un film de ce calibre réalisé par une femme et mettant en scène autant de personnages féminins intéressants est plutôt satisfaisant, même si on est vraiment loin d’un grand long-métrage.

Divertissement très moyen, ce nouveau Charlie’s Angels mérite donc le coup d’œil pour apprécier le jeu de ses trois actrices principales, toutes très à l’aise dans l’exercice. Mais il ne restera certainement pas dans les annales et les résultats plutôt insatisfaisants au box-office américain semblent compromettre une potentielle suite.

 

+ : le trio d’actrices

– : le scénario

LA scène : celle de l’usine

  • Note : 2,75 / 5

 

La bande-annonce :

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.