1917

1917 est sans doute le film événement de ce début d’année. Déjà reparti des Golden Globes avec les prix du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur, et nommé dix fois aux Oscars, le long-métrage de Sam Mendes mérite amplement toutes ses récompenses. Inspiré par les récits de son grand-père qui a combattu durant la Première Guerre mondiale, le réalisateur britannique nous raconte la périlleuse mission de deux soldats chargés de transmettre un message d’une extrême importance à un autre bataillon pour éviter la mort de 1600 soldats. Mais surtout, Sam Mendes a choisi de construire son film comme un gigantesque plan-séquence qui le transforme alors en une expérience aussi immersive qu’impressionnante.

C’est donc surtout cet ingénieux procédé qui rend l’ensemble si fascinant. Dès les premiers instants, on suit ces deux soldats au plus près et on ne les quittera jamais. Comme eux, on ressent l’étroitesse des tranchées noyées dans la boue et le danger permanent qui peut venir de n’importe où. On aurait pu penser que l’idée du plan-séquence réduise le champ d’action mais Sam Mendes a su renouveler sa mise en scène et la doter d’une grande inventivité qui fait que les deux heures du récit passent à une vitesse folle. Les décors changent, tout comme les ambiances du film qui oscillent entre thriller, film d’horreur, film plus intime et grand spectacle. Ces différentes atmosphères doivent beaucoup au talentueux directeur de la photographie Roger Deakins qui a fait un travail monstrueux en termes de lumière et de placement de caméra. La séquence nocturne est tout simplement hallucinante et d’une beauté renversante. De la même manière, la partition de Thomas Newman permet d’appuyer les moments plus épiques et d’adoucir les scènes plus calmes.

En plus de son aspect technique irréprochable, le film se dote d’un casting plus que convaincant et qui n’hésite pas à se mettre au service du projet ambitieux. On retiendra surtout les étonnantes performances des deux jeunes soldats, incarnés par George MacKay et Dean-Charles Chapman, qui portent à merveille le film sur leurs épaules. Face à eux interviennent sporadiquement des comédiens plus connus (Colin Firth, Benedict Cumberbatch, Andrew Scott, Richard Madden, Mark Strong) dont les apparitions, bien que d’une durée limitée, redonnent du souffle à l’histoire.

A l’image de Dunkirk de Christopher Nolan, dont Sam Mendes s’est dit s’être inspiré (tout comme le sublime plan-séquence du film Atonement), certains reprochent à 1917 de manquer d’émotions et de vouloir plus mettre en avant les prouesses techniques que le récit en lui-même. Personnellement, la folle mission de ces soldats, auxquels on s’attache facilement, m’a fait passer par de nombreux états et comme eux, j’ai vibré pendant la durée de leur périple. Je n’en demandais pas davantage.

Plus qu’un film, 1917 est donc une expérience cinématographique immersive et viscérale qui impressionne par ses qualités techniques et sa plongée dans l’horreur de la Première Guerre mondiale. Du pur cinéma à savourer sur grand écran.

 

+ : la prouesse technique

– : 1-2 exagérations scénaristiques mais après tout, c’est un film de guerre

LA scène : la dernière attaque et la séquence de nuit

  • Note : 5 / 5

 

La bande-annonce :

 

13 commentaires

  1. « certains reprochent à 1917 de manquer d’émotions », à ceux là, je répondrais en reprenant les mots de l’officier : « ne pas s’appesantir ».
    Très bel article qui dit bien l’intérêt du plan-séquence, idéal pour ce récit immersif en temps réel (ou presque), parfait pour l’homme de théâtre qu’est Sam Mendes.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.