#JeSuisLà

#JeSuisLà nous emmène à la rencontre de Stéphane un cuisinier qui a repris la direction du restaurant de son père. Alors qu’il vient de célébrer le mariage d’un de ses fils, Stéphane semble plutôt distrait et pour cause : il communique sur les réseaux sociaux avec Soo, une mystérieuse Sud-Coréenne. Sur un coup de tête, Stéphane décide même de partir en Corée pour la rencontrer, mais alors qu’elle lui promet de le retrouver à l’aéroport, Soo n’est pas là…

Partant d’une idée de départ plutôt intéressante, le nouveau film d’Eric Lartigau ne se révèle guère à la hauteur des espérances. Le long-métrage souffre en effet d’un scénario un peu redondant qui ne progresse pas beaucoup sur la durée, tout comme le jeu d’Alain Chabat qui, malgré toute sa bienveillance, reste globalement dans le même registre. Il y avait pourtant du potentiel et la possibilité d’améliorer le traitement de certaines thématiques. Par exemple, même si les réseaux sociaux, en particulier Instagram, ne sont qu’un prétexte pour raconter les déambulations de Stéphane dans l’aéroport, leur utilisation et leur influence auraient pu être développées. Vous me direz que ce n’est pas le but de cette histoire, mais au moins, on aurait pu avoir autre chose qu’un nombre d’abonnés qui augmente sans grande conséquence.

Bien sûr, le film cherche surtout à explorer le changement brusque dans la vie de cet homme qui semble avoir eu une révélation lui disant de suivre son instinct, en ajoutant des touches de tendresse et de poésie qui augmentent notre sympathie pour le personnage de Stéphane. Mais encore une fois, c’est agréable pendant quelques scènes, on sourit volontiers, mais le procédé est usant à la longue et il n’est pas rare de voir l’ennui pointer le bout de son nez (malgré une durée de film relativement courte). Il faut dire que les personnages qui entourent Stéphane (ses fils, ses collègues et Soo) ne sont pas non plus bien exploités. Il manque de l’émotion, des moments forts et on ressort de la séance avec un sentiment de « tout ça pour ça ? ». Heureusement, Eric Lartigau soigne son image et donne à son long-métrage une jolie photographie.

Petit film bien trop gentillet pour marquer les esprits, #JeSuisLà reste trop en surface et ne parvient pas à exploiter son sujet de manière adéquate.

 

+ : Alain Chabat (même si ce n’est pas sa meilleure performance)

– : la mauvaise gestion du sujet

LA scène : la rencontre avec le cuisinier à l’aéroport

  • Note : 2 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.