Judy

Cela fait depuis quelques temps que les réalisateurs et les scénaristes des biopics ont compris qu’il était plus intéressant de se concentrer sur une période particulière de la vie d’une personnalité, au lieu de raconter l’ensemble de son parcours dans les moindres détails. C’est donc le procédé qui a été choisi pour ce film biographique sur l’actrice et chanteuse Judy Garland, l’inoubliable interprète de Dorothy dans The Wizard of Oz. Réalisé par Rupert Goold, Judy se focalise sur la série de concerts que l’artiste a donnés à Londres, alors que sa carrière n’était pas au beau fixe. Plutôt classique et presque un peu vieillot, le film vaut surtout le coup d’œil pour la performance de Renée Zellweger qui a décroché de nombreux prix pour ce rôle, dont l’Oscar de la meilleure actrice.

Et soyons honnête, l’actrice américaine méritait amplement cette récompense car son interprétation est vraiment convaincante et réussie. Il est parfois difficile de la reconnaitre sous la tonne de maquillage, mais la ressemblance avec Judy Garland est frappante. En plus d’apporter un mimétisme dans ses gestes, l’actrice a aussi donné de la voix pour interpréter les chansons qui ponctuent le film et encore une fois, le résultat est saisissant.

Malgré tout, le personnage de Judy Garland est loin d’être des plus sympathiques. On sent que c’est une actrice qui a beaucoup souffert de la célébrité et qui doit sans cesse combattre des vieux démons, mais certaines de ses attitudes, dignes d’une véritable diva, énervent par moment. Ce sont surtout les scènes dans lesquelles elle évoque l’amour pour ses enfants qui redonnent du cœur au personnage.

A part cela, le réalisateur a choisi de ponctuer son récit de flash-backs mettant en scène la Judy adolescente qui a grandi sur les plateaux de tournage et qui a eu cette vie si particulière où chacun de ses gestes était épié et contrôlé. Mais encore une fois, ces scènes n’apportent malheureusement pas grand-chose à l’histoire et pire, sont très répétitives sur la durée. Le long-métrage approche en effet des deux heures et il n’est pas rare qu’on s’ennuie devant les frasques de l’artiste. En fait, il manque surtout au film une touche de modernité, que ce soit dans son propos ou dans la forme, pour qu’il soit vraiment digne d’intérêt.

Loin d’être un biopic remarquable, Judy risque donc de finir rapidement aux oubliettes.

 

+ : Renée Zellweger

 : longuet et ennuyant par moment

LA scène : la dernière

  • Note : 2 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.