Onward

Après nous avoir présenté quelques suites de ses précédents longs-métrages, le studio Pixar revient avec une histoire intitulée Onward (En avant en VF). On y fait la connaissance d’Ian et Barley, deux frères elfes vivant dans un monde où la magie a progressivement laissé la place à la technologie. Le jour du 16e anniversaire de Ian, les frères reçoivent un cadeau de leur père, décédé alors qu’ils étaient très jeunes : grâce à un sort très puissant, ils vont pouvoir le ramener à la vie pendant 24 heures. Mais tout ne se passera pas comme prévu et les frères vont devoir se lancer dans une quête remplie de surprises et de challenges.

Sans doute pas aussi mémorable que certains autres films de Pixar, Onward n’en demeure pas moins très sympathique. Le studio s’essaie au monde fantastique en mélangeant créatures légendaires et univers urbain. Il est vrai qu’après le prologue, qui relate la disparition progressive de la magie, on aurait pu croire que le film s’attarde plus longuement sur cet aspect merveilleux, mais le long-métrage préfère privilégier la relation entre les deux frères en y insérant des touches de magie ponctuelles au travers de la quête qu’ils vont devoir mener. Comme souvent avec ce genre de concept, on sait pertinemment que les obstacles seront nombreux et qu’il faudra attendre la toute fin pour résoudre entièrement le problème. De ce fait, la prévisibilité de la quête peut lasser par moment, mais le message véhiculé parvient tout de même à rendre le film très attachant. Comme par magie (elle est facile !), l’histoire apporte en effet son lot d’émotions dans le dernier quart lorsqu’on approche enfin de la résolution de la quête.

Si l’aspect merveilleux permet d’amener les touches d’humour, c’est donc surtout la relation entre les deux frangins qui s’avère être la plus intéressante. Ian étant très peureux et Barney beaucoup plus téméraire, leur complémentarité permet d’apporter une jolie dynamique au film. Le duo bénéficie aussi d’un bon doublage, Tom Holland prêtant sa voix à Ian et Chris Pratt incarnant son frère. Quant à l’animation, elle n’est certes pas au niveau d’un Coco au niveau de la direction artistique, mais elle propose un univers coloré avec une jolie photographie. Les caractéristiques des créatures légendaires (elfes, licornes, centaures, dragon, etc.) auraient peut-être pu être davantage exploitées, mais l’ensemble fonctionne assez bien.

Onward n’est clairement pas le meilleur Pixar, mais la recette du studio qui allie aventure et émotion marche toujours autant.

 

+ : le message du film

 : la prévisibilité de la quête

LA scène : la fin de la quête

  • Note : 3,25 / 5

 

La bande-annonce (en VO) :

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.