The Roads Not Taken

Parfois, seule une affiche peut me conduire dans les salles. Ce fut le cas pour The Roads Not Taken dont la présence au casting d’Elle Fanning et de Javier Bardem a attisé ma curiosité. En lisant le synopsis entre les lignes, j’avais vu qu’ils incarnaient Molly et son père Leo. Atteint de démence, ce dernier imagine qu’il vit dans d’autres mondes, tandis que sa fille cherche à l’aider du mieux qu’elle peut. Même la bande-annonce, que j’ai regardée a posteriori, avait quelque chose d’intrigant. Malgré tout, la séance fut loin d’être remarquable.

Avec une histoire pareille, je m’attendais effectivement à jongler entre la réalité et les mondes imaginaires de Leo, mais j’espérais vraiment que l’ensemble soit plus cohérent, ce qui est loin d’être le cas. En effet, il est probable que seule Sally Potter, la réalisatrice et scénariste, sache exactement ce qu’elle a voulu raconter avec ce long-métrage, qu’elle a d’ailleurs dédié à son frère atteint de démence. Peut-être que c’était pour elle une manière de mettre en images ce qu’elle perçoit dans les absences des personnes qui souffrent de cette maladie. Ou peut-être que c’était simplement le produit de sa propre imagination.

Dans tous les cas, le film manque vraiment de clarté. Je suis pourtant assez tolérante face à des scénarios alambiqués qui laissent la porte libre à l’interprétation, mais force est de constater qu’ici, la confusion est trop importante. Difficile de comprendre exactement ce que représentent les sortes d’intrigues parallèles que vit Leo. On parvient, sur le tard, à faire des liens avec la réalité, mais sans qu’ils ne soient totalement clairs. Mais surtout, c’est l’ensemble du long-métrage qui en pâtit car même si le film ne dure que 1h25, tout semble très long et répétitif.

J’ai même eu de la peine avec le jeu de Javier Bardem qui ne fait que geindre une bonne partie du temps (au point de presque provoquer un fou rire alors que le sujet est très sérieux). En fait, seule Elle Fanning mérite le détour. Chaleureuse et lumineuse, elle est le vrai soleil du long-métrage et parvient heureusement à sauver quelques scènes.

J’ose espérer que certaines personnes soient davantage convaincues et qu’elles puissent y voir un long-métrage intimiste et riche émotionnellement. Pour ma part, The Roads Not Taken fait partie des films que je vais très vite mettre aux oubliettes.

 

+ : Elle Fanning

 : le scénario

LA scène : quand Leo prononce le nom de sa fille

  • Note : 1,5 / 5

 

La bande-annonce :

 

 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.