Drunk

Fraîchement couronné de l’Oscar du meilleur film étranger, Drunk est le nouveau long-métrage du cinéaste danois Thomas Vinterberg (Jagten, Far From The Madding Crowd). Le film raconte l’histoire de quatre amis enseignants qui s’ennuient un peu dans leur train-train quotidien. Pour pimenter leurs journées, ils décident de s’inspirer d’une théorie qui dit que l’homme serait né avec un déficit d’alcool et se lancent le défi de venir travailler avec un taux d’alcoolémie de 0,5‰. Si l’ivresse du début est excitante, l’expérience prendra toutefois des proportions énormes qui risqueront de bouleverser leurs vies respectives.

Il y a quelque chose d’euphorisant dans ce film. Peut-être est-ce à cause de la situation sanitaire qui nous impose tant de restrictions. Par conséquent, voir ces hommes blessés se libérer et apprendre à aimer la vie à nouveau fait du bien. Attention, le film ne cherche pas du tout à vanter les mérites de l’alcool. Au contraire, il met en avant les dérives d’une consommation à outrance qui, même si elle semblait bénéfique au départ, se termine toujours mal. En ce sens, le film prend une direction qui ne surprendra pas vraiment, puisque les parcours des protagonistes se révèlent être assez balisés. De même, on pourra aussi lui reprocher son côté bavard et quelques lenteurs qui ralentissent le récit. Mais le mélange entre comédie et drame fonctionne et la séance reste tout à fait plaisante.

De plus, Drunk peut compter sur un quatuor d’acteurs qui, en plus d’être très attachants, livrent de très bonnes performances. En tête, Mads Mikkelsen continue de fasciner : sa prestance et la finesse de son jeu se savourent à chaque seconde et le comédien nous enchante jusqu’à la dernière minute dans une ultime scène qui vaut le détour à elle seule.

Pour finir, en plus du message qu’il véhicule, le film prend une tournure particulière lorsque l’on apprend qu’il est dédié à Ida, la fille de Thomas Vinterberg, décédée quelques jours avant le début du tournage. On lui prête presque une deuxième lecture qui, encore une fois, met en avant la richesse de la vie. Le cinéaste semble donc y avoir mis tout en son cœur.

+ : Mads Mikkelsen

– : quelques lenteurs

LA scène : la dernière

  • Note : 4 / 5

La bande-annonce :

2 commentaires

  1. Je l’ai vu vendredi et j’ai beaucoup aimé! Je pense que le simple bonheur de retrouver l’ambiance (presque) normale du cinéma a joué, mais j’ai vraiment trouvé le film hyper bien 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.