Dune

Denis Villeneuve est un homme courageux. Après avoir osé proposer une suite au classique Blade Runner en 2017 (le très bon Blade Runner 2049), le réalisateur canadien s’est attaqué à un autre monstre réputé inadaptable : Dune. Le roman de Frank Herbert, sorti en 1965, avait pourtant déjà fait l’objet de plusieurs adaptations, notamment une de David Lynch qui n’avait pas convaincu tout le monde. Ne l’ayant pas vue, n’ayant pas lu le matériel original et ayant réussi à esquiver la bande-annonce, je me suis donc rendue dans la salle de cinéma pour découvrir cette nouvelle version de Dune, sans vraiment savoir ce qui m’attendait, tout en faisant confiance à Denis Villeneuve, qui est l’un de mes cinéastes préférés. Et encore une fois, le charme a opéré.

Comment résumer l’intrigue en quelques lignes ? Disons simplement que l’histoire se déroule dans un futur lointain. Le chef de la maison des Atréides, le duc Leto, est sommé par l’Empereur de se rendre, avec sa famille (sa concubine Jessica et son fils Paul) et ses soldats, sur la planète désertique Arrakis. Là-bas, il devra gérer l’extraction d’une épice spéciale qui permet de prolonger la vie humaine et de faire des voyages interstellaires. Hostile et peuplée de vers de sable géants, Arrakis s’avèrera encore plus dangereuse qu’il n’y parait et la vie des Atréides risque de changer pour toujours…

Vous suivez ? Et encore, je ne vous ai pas parlé des autres peuples qui habitent sur les différentes planètes. Si l’on est peut-être déstabilisé au premier abord, l’univers complexe de Frank Helbert devient de plus en plus clair au fil du visionnage. On découvre alors sa richesse et toute l’étendue des thèmes évoqués dans l’œuvre : l’écologie, la religion, la famille, le fanatisme, la colonisation et j’en passe. Il y a juste cette frustration de n’être que face à la première partie de ce qui semble être un diptyque (qui dépendra des chiffres du box-office de ce volet). Ce n’est donc que le début et on attend déjà la suite avec une grande impatience.

Il faut dire que les 2h35 filent à la vitesse de l’éclair. Comme c’était déjà le cas dans ses précédentes œuvres, Denis Villeneuve soigne ses images dans les moindres détails. Les décors sont juste époustouflants et renforcent notamment la puissance du désert, personnage à part entière de l’intrigue. L’habituel directeur de la photographie de Villeneuve, Roger Deakins, a cédé sa place à l’australien Greig Fraser dont le travail est également une belle réussite : qu’est-ce qu’on aime quand la lumière naturelle est préférée à des éclairages artificiels ! L’image est finalement sublimée avec la musique d’Hans Zimmer qui lui amène de la force.

Si le niveau de mon objectivité était déjà bien bas avec le nom de Villeneuve à la réalisation, autant dire qu’il est inexistant face au casting ! C’est simple, le trio des Atréides est incarné par des acteurs que j’adore : Timothée Chalamet prête ses traits à Paul, l’héritier et le fils de Leto et Jessica, interprétés par Oscar Isaac et Rebecca Ferguson. Forcément, j’en ai apprécié chaque seconde. Le reste de la distribution (Josh Brolin, Zendaya, Stellan Skarsgård, Dave Bautista et bien d’autres) livre également de solides performances.

Projet titanesque, Dune est un spectacle éblouissant proposé par un réalisateur ambitieux et très talentueux. Du pur cinéma comme on l’aime. A voir sur grand écran, évidemment.

+ : le casting et la direction artistique

 : que ce soit juste la partie 1

LA scène : celle de la main et les attaques du ver

  • Note : 5 / 5

La bande-annonce:

Un commentaire

  1. Pari réussi pour Denis Villeneuve et son équipe (saluons le magnifique travail d’adaptation fait par Eric Roth). On n’en attendait pas moins de lui. Il faut désormais que les spectateurs se ruent en nombre pour que se concrétise une suite que l’on espère toujours dirigée par lui.
    Je note que tu n’as pas vu la version Lynch. La voir après celle-ci risque d’être douloureux, néanmoins je l’aime beaucoup. Elle est sans doute davantage sous influence de l’Epice. Mieux vaut désormais s’accompagner de substances pour en profiter pleinement. 😉

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.