critique

Maleficent : Mistress of Evil

On commence à connaître la chanson : dès qu’un film remporte du succès au box-office, la probabilité qu’une suite voie le jour augmente considérablement et encore plus lorsqu’il s’agit d’un long-métrage estampillé Disney. Ce n’est donc pas vraiment une surprise de voir la suite de Maleficent, sorti en 2014, débarquer sur nos écrans. Angelina Jolie et Elle Fanning rempilent dans les rôles de la méchante sorcière et de la princesse Aurore, pour une intrigue qui tourne autour du mariage entre Aurore et le Prince Philippe qui, bien évidemment, ne va pas se passer comme prévu. (suite…)

Publicités

Joker

Joker était probablement l’une de mes plus grosses attentes de cette fin d’année. Le film ayant déjà remporté quelques jolies récompenses, notamment le Lion d’Or au festival de Venise, il se positionne comme l’un des grands favoris de la prochaine cérémonie des Oscars. Il se pourrait bien en effet que Joaquin Phoenix y reparte avec une statuette dorée, tant sa performance semble éblouissante. Il ne me restait donc plus qu’à découvrir le long-métrage de Todd Phillips, en espérant que les rumeurs soient vraies et que mon avis rejoigne la majorité des opinions. Ce fut effectivement le cas. (suite…)

Gemini Man

Gemini Man faisait partie de ces films extrêmement alléchants sur le papier. Une intrigue qui tourne autour de la confrontation entre deux versions d’un même homme, incarné par Will Smith : le plus âgé se retrouve soudainement en face de son double rajeuni qui veut le tuer. La bande-annonce laissait présager un thriller teinté d’action et usant de technologies révolutionnaires, tandis que le nom d’Ang Lee (réalisateur entre autres de Sense and Sensibility et Brokeback Mountain) au générique pouvait être considéré comme un gage de qualité. Quelle ne fut donc pas ma déception en voyant ce long-métrage terriblement insipide. (suite…)

The Goldfinch

The Goldfinch est l’adaptation du roman éponyme de Donna Tartt, qui a remporté le prix Pulitzer de la fiction en 2014. Le film raconte le destin de Théo, un garçon de treize ans, dont la vie va être chamboulée à la suite d’un attentat au Metropolitain Museum of Art de New York durant lequel sa mère meurt. Théo va devoir reconstruire sa vie et son destin sera mystérieusement lié à celui du célèbre tableau de Carel Fabritius : « Le Chardonneret ».

N’ayant pas lu le roman de Donna Tartt, je ne peux me prononcer sur la qualité de celui-ci, mais il y a fort à parier que le récit imaginé par l’écrivaine est beaucoup plus fluide dans le livre qu’il ne l’est dans le film car dans ce dernier, le rythme ne suit pas et la narration s’éparpille beaucoup trop. (suite…)

Downton Abbey

Quatre ans après l’arrêt de la série, Downton Abbey nous ouvre à nouveau ses portes, mais cette fois sur grand écran. Les fans du period drama seront donc ravis de découvrir la suite des aventures de la famille Crawley et des domestiques qui occupent l’imposante demeure. Un défi de taille attend tout ce petit monde puisque Downton Abbey s’apprête à recevoir le roi et la reine d’Angleterre. Mais les préparatifs pour cette visite royale ne vont pas se passer comme prévu… (suite…)

A Rainy Day in New York

A Rainy Day In New York a bien failli ne jamais sortir en salles à cause de toute la polémique autour de Woody Allen (je ne vais pas relancer l’éternel débat). Cela aurait toutefois été dommage de passer à côté de ce long-métrage qui, même s’il est probablement mineur dans la filmographie du réalisateur, reste tout à fait plaisant à suivre. Comme son titre l’indique, le film raconte la journée de deux universitaires qui se rendent à la Grande Pomme le temps d’un week-end. Étudiante en journalisme, Ashleigh a l’occasion d’interviewer un réalisateur, tandis que son petit-ami Gatsby flâne dans les rues new-yorkaises en attendant de la rejoindre pour lui faire visiter la ville. Bien entendu, rien ne va se passer comme prévu. (suite…)

Ad Astra

L’espace est un terrain de jeu fascinant pour les réalisateurs. Ces dernières années, plusieurs grands cinéastes ont tenté l’expérience et nous ont livré d’incroyables longs-métrages. Vous connaissez mon amour pour Interstellar de Christopher Nolan, ainsi que mon énorme coup de cœur pour First Man de Damien Chazelle. Après avoir été éblouie par The Lost City of Z, il me tardait donc de découvrir la nouvelle réalisation de James Gray qui nous emmène à son tour dans l’espace pour notre plus grand bonheur. (suite…)

Deux Moi

Nouvelle réalisation de Cédric Klapisch, Deux Moi dresse le portrait croisé de deux âmes solitaires parisiennes, vivant dans des immeubles mitoyens. Rémy travaille dans un entrepôt, Mélanie est chercheuse dans un laboratoire. Tous les deux souffrent d’un mal-être qu’ils peinent à expliquer et subissent la solitude des grandes villes. Pourtant, sans le savoir, les routes de Rémy et Mélanie prendront petit à petit la même direction.

Si le synopsis laisse entrevoir les prémisses d’une comédie romantique, il n’en est pas vraiment question. Lorgnant plutôt du côté du drame (ou de la comédie dramatique), Deux Moi cherche surtout à questionner les effets de la solitude dans notre monde ultra connecté où les rencontres semblent aisées. (suite…)

Blinded By The Light

Inspiré d’une histoire vraie, Blinded By The Light raconte l’histoire de Javed, un adolescent d’origine pakistanaise vivant à Luton. A cause du taux important de chômage et des attaques racistes, le climat social de la petite ville située au nord de Londres est relativement tendu. Pour y échapper, Javed aime se réfugier dans l’écriture et rêve secrètement d’en faire son métier, bien que son père ait prévu une toute autre destinée pour son fils. Mais un jour, Javed découvre la musique de Bruce Springsteen et est complètement bouleversé par les paroles des chansons du Boss qui vont changer sa façon de voir le monde. (suite…)

It Chapter 2

Qu’est-ce qu’on ne ferait pas par amour pour son acteur fétiche ? Si vous me lisez depuis quelques années, vous savez pertinemment que James McAvoy est un comédien que j’admire énormément et dont je suis les projets avec une grande attention… même si cela signifie s’enfermer près de trois heures dans une salle de cinéma pour découvrir un film d’horreur avec un clown affreux, alors que je déteste ce genre cinématographique et les bouffons circassiens. J’ai donc pris mon courage à deux mains, rattrapé le premier volet de It, sorti en 2017, sur ma petite télévision et visionné ce Chapter 2 sur grand écran. (suite…)