jason clarke

The Aftermath

Si de nombreux films s’intéressent à la Seconde Guerre mondiale, la plupart choisissent de ne pas développer leurs intrigues au-delà de la fin du conflit. On pouvait donc se réjouir de l’arrivée d’un long-métrage comme The Aftermath, qui se déroule à Hambourg, en Allemagne, quelques mois après la signature de l’armistice. On y suit l’arrivée de Rachael, une anglaise qui vient retrouver son mari, colonel dans l’armée et chargé de gérer la reconstruction de la ville. Tous deux vont désormais habiter dans une grande demeure qu’ils vont partager avec les anciens propriétaires : Stephen Lubert, un architecte allemand, récemment veuf, et sa fille Freda. Bien que Rachael soit réticente au premier abord, elle va petit à petit éprouver des sentiments pour Lubert… (suite…)

First Man

Il n’aura fallu que deux films pour que Damien Chazelle soit considéré comme l’un des meilleurs réalisateurs de sa génération. Après le tendu Whiplash et l’onirique La La Land, le cinéaste nous emmène sur la Lune en compagnie de Neil Armstrong, incarné par Ryan Gosling, dans First Man. Une nouvelle réussite.

De toute beauté, First Man dresse avant tout le portrait d’un homme, époux et père de famille, qui se retrouve impliqué dans la conquête de l’espace. Un film intimiste qui reste au plus près de ses personnages pour capturer leurs moindres ressentis. (suite…)

Everest

Everest

Si vous avez encore envie de grimper sur le toit du monde après ce film, j’admire votre courage ! Tiré d’une histoire vraie, Everest raconte en effet la désastreuse ascension d’un groupe d’alpinistes en 1996. La première heure du film nous permet de faire connaissance avec les personnes qui tenteront l’aventure. Bien qu’un peu longue à se mettre en place, cette partie nous montre les difficultés présentes en haute montagne : il faut appendre à survivre aux éléments, à s’habituer au terrain pas stable, à gérer son corps et le manque d’oxygène. Sans compter le fait que vous n’êtes pas les seuls : c’est complètement dingue de se dire qu’il faut parfois faire la queue pour monter au sommet ! Inutile de préciser qu’on sent bien que tout ne va pas se passer comme prévu puisque le film est rempli de petites phrases-indices : « oui j’ai pris assez d’oxygène avec moi », « je t’appelle une fois que je suis de retour » ou encore « non ça va je me sens bien ». On vous croit les gars. (suite…)