john boyega

Star Wars : The Rise of Skywalker

Déjà aux commandes de The Force Awakens, J.J. Abrams revient derrière la caméra pour mettre fin à la troisième trilogie Star Wars avec ce neuvième épisode intitulé The Rise of Skywalker (l’Ascension de Skywalker en VF). Si on nous présente ce film comme celui qui doit clôturer la saga, on sait pertinemment que Disney tient une mine d’or entre ses mains et que l’univers Star Wars n’est clairement pas prêt de quitter le paysage audiovisuel (les enjeux financiers sont trop importants). Il n’empêche que J.J. Abrams devait faire en sorte de satisfaire une horde de fans, certains déçus des directions de cette nouvelle trilogie, en particulier du précédent volet, The Last Jedi, qui a fait couler beaucoup d’encre, d’autres convaincus que l’épisode huit est le meilleur opus de la saga. Une tâche complexe, qui risque à nouveau de diviser les spectateurs, tant le film n’est pas exempt de défauts. De mon côté, je continue à maintenir mon discours habituel lorsqu’il s’agit de Star Wars : n’étant pas une fan absolue de la sage, mais ayant plutôt apprécié les derniers volets, je vais tenter de relever les points positifs et les problèmes de ce film d’un point de vue « externe », en imaginant qu’ils rejoindront peut-être l’avis des afficionados de l’univers. Comme d’habitude, la critique ne contiendra aucun spoiler, vous pouvez donc la lire sans risque. (suite…)

Star Wars : The Last Jedi

Deux ans après The Force Awakens, la nouvelle trilogie de Star Wars se poursuit avec The Last Jedi. Attendu au tournant par les fans (et les moins-fans), cet épisode a été réalisé par Rian Johnson, à qui on doit notamment Looper. L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée : le Premier Ordre menace toujours de vaincre la Résistance et Rey fait enfin la rencontre de Luke Skywalker. Je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler l’intrigue. Et, comme à chaque fois, je précise que je ne suis pas une fan assidue de cet univers mais que les deux derniers opus (The Force Awakens et le spin-off Rogue One) étaient plaisants à regarder. Qu’en est-il de ce Last Jedi ? (suite…)

Detroit

Detroit revient sur les émeutes que la ville a connues durant l’été 1967, en guise de protestation contre la guerre du Vietnam et contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Pillages, destructions de bâtiments et tirs d’armes à feu forcent la police à patrouiller dans la ville. Un soir, des détonations sont entendues près du Motel Algiers obligeant les forces de l’ordre à intervenir, mais le bilan de cette soirée sera très lourd…

Une des premières choses qui frappe le spectateur à la fin de la séance, c’est à quel point ce film semble actuel, malgré le fait qu’il se passe à la fin des années 1960. En ce sens, Detroit est un film nécessaire, qui montre que même cinquante ans après, des dérives de policiers blancs envers des noirs peuvent encore arriver. Mais le traitement du film est loin d’être uniforme sur toute la longueur, comme en témoigne sa division narrative en trois actes. (suite…)

The Circle

Dans un futur proche, Mae (Emma Watson) décroche le job de ses rêves dans la compagnie The Circle, spécialisée dans les technologies et les médias sociaux. Elle devra rapidement participer à diverses expériences qui auront des impacts sur sa vie privée et celle de ses proches…

Sur le papier, The Circle, adapté du roman du même nom, avait tout pour plaire : une intrigue très actuelle qui traite de la technologie et de nos rapports aux réseaux sociaux, le tout interprété par un casting d’enfer (Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega). Mais le résultat est bien loin de nos attentes. On sent que l’histoire et l’univers avaient véritablement du potentiel mais que le film n’a fait que de les survoler. (suite…)

Star Wars – The Force Awakens

Star Wars - The Force Awakens

Avant de me lancer dans cette critique, qui sera d’ailleurs sans spoiler concernant l’intrigue, je dois mentionner le fait que je ne suis pas une fan absolue Star Wars (ne tapez pas !). Je n’ai vu les six films qu’une seule fois et en marathon, donc je ne suis vraiment pas une spécialiste de l’univers mais je ne pouvais évidemment pas passer à côté du phénomène. Du coup, c’était une bonne occasion de voir si ce septième épisode pouvait se suivre sans difficulté pour des spectateurs lambda sans attache particulière à la saga et s’il pouvait leur plaire. Et je dois dire que le résultat est assez satisfaisant, sans pour autant atteindre des sommets. (suite…)