laurence fishburne

The Mule

Si Clint Eastwood a été plutôt prolifique en matière de réalisations ces dernières années en nous livrant du très bon (Sully) comme des ratages (The 15 :17 To Paris), The Mule marque son retour derrière et devant la caméra depuis Gran Torino en 2008. L’acteur-réalisateur américain s’inspire ici d’un fait divers racontant comment un vieil homme a transporté de la drogue pour des cartels.

Malgré les avis dithyrambiques d’une grande majorité de critiques, je dois avouer que ce film ne m’a pas vraiment convaincue. Bien sûr, si on l’envisage dans la perspective d’un film testament de Clint Eastwood, qui serait synonyme de sa dernière apparition devant la caméra, le long-métrage prend un autre sens. Mais au-delà de cet aspect, si on considère le film uniquement en tant que tel, le résultat est loin d’être transcendant. (suite…)

Ant-Man And The Wasp

Absent lors de la grande bataille d’Avengers : Infinity War, Scott Lang, alias Ant-Man (Paul Rudd) a droit à son deuxième film solo intitulé Ant-Man And The Wasp. Mais que ceux qui attendent une explication quant à la raison de son absence soient prévenus : seule une scène présente dans le générique final effleure la question. Le reste ne constitue qu’une simple aventure du super-héros dans laquelle on retrouve les personnages d’Hank Pym (Michael Douglas) et sa fille Hope (Evangeline Lilly). L’histoire se situe après les événements survenus dans Captain America : Civil War : Ant-Man était intervenu dans le combat interne des Avengers (vous suivez toujours ?) et il se retrouve désormais assigné à résidence tandis que Hank et Hope sont en fuite. Mais ces derniers ont besoin de Scott pour mener à bien une importante mission… (suite…)

Batman v Superman: Dawn of Justice

Batman v Superman

Trois ans après Man of Steel, Zach Snyder vient nous présenter la suite des aventures de Superman. Dans ce volet, l’homme fort va devoir affronter un adversaire de taille : Batman, le justicier de Gotham, tout en essayant de maintenir son statut de héros dans le cœur des habitants de Metropolis. On nous promettait une lutte acharnée et un film très sombre, autant dire que la déception est au rendez-vous.

Alors oui, le film tente de se donner un genre plus sérieux avec des personnages plus ambigus et plus travaillés, très peu d’humour (en gros faire ce que Christopher Nolan avait fait sur la trilogie du Dark Knight), mais ce Dawn of Justice ne parvient pas à transformer l’essai. La faute à un scénario totalement décousu dans lequel les scènes s’enchaînent parfois sans la moindre cohérence. Ce procédé a au moins l’avantage de nous donner l’impression que les 2h30 passent assez rapidement mais le récit en ressort complètement chamboulé. Il y a pourtant quelques bonnes idées : les scénaristes ont choisi d’axer cet épisode sur la position de Superman dans la société. (suite…)