Coco

Nouvelle production des studios Pixar, Coco nous plonge au cœur du Jour des Morts, fête traditionnelle au Mexique qui célèbre les ancêtres. On y fait la connaissance de Miguel, un jeune mexicain qui rêve de devenir musicien alors que cet art est totalement banni dans sa famille depuis plusieurs générations. Le soir de la fête, il est mystérieusement envoyé au Pays des Morts, dans lequel il retrouve ses ancêtres. L’aventure extraordinaire qu’il va vivre lui permettra de découvrir la véritable histoire de sa famille…

La mort, le souvenir, les ancêtres : ces thématiques ne semblent pas être les premiers sujets qui viennent en tête lorsqu’on évoque un film d’animation pour les enfants. Et pourtant, Pixar a fait le pari d’explorer ce Jour des Morts et de rendre hommage à la culture mexicaine. Le résultat final aboutit sur un film coloré, positif et une véritable ode à la famille. Si ces valeurs sont bien retranscrites à l’écran, on regrette que le scénario ne soit pas plus inventif : les quelques twists qui ponctuent le film sont en effet un peu trop prévisibles et trop évidents pour réellement surprendre le spectateur. Même si le rythme retombe par moment et même si l’histoire tourne quelque peu en rond, l’émotion reste tout de même au rendez-vous, en particulier vers la fin du long-métrage.

Irréprochable sur le point visuel, Coco a également réussi à adoucir le monde des morts, à le rendre vivant (!), léger, lumineux et joyeux. Conservant leurs habits, leurs yeux et leurs cheveux, les morts sont représentés par des squelettes très expressifs et charismatiques (oui c’est possible). Ils sont d’ailleurs les principaux responsables des touches humoristiques (bien que peu nombreuses), en plus du traditionnel compagnon animalier un peu bêbête. Est-ce un choix volontaire du doublage français d’avoir opté pour la traduction « Jour des ancêtres » au lieu de « Jour des morts » ? Il s’agit peut-être d’une autre façon d’atténuer ce gros mot qu’est la mort, pouvant affecter les plus jeunes. Quoi qu’il en soit, le film s’attarde surtout sur le rapport à nos ancêtres et sur notre manière de nous souvenir d’eux, plutôt que de parler de la mort elle-même.

Finalement, Coco bénéficie aussi d’un très bon doublage français (peu d’acteurs connus si ce n’est Ary Abittan) ainsi que d’une chouette bande-originale aux sonorités latines, la musique ayant un rôle central dans l’histoire.

S’ils nous ont habitués à plus d’inventivité, les studios Pixar sont au moins parvenus à réaliser un très bon film sur la famille en traitant d’une thématique sensible. Bien joué !

 

+ : l’esthétique du monde des morts

– : scénario assez prévisible

LA scène : l’avant-dernière chanson

  • Note : 4 / 5

 

 

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.