Enola Holmes

Après The Devil All the Time, un autre film Netflix a trouvé le chemin du blog. Là où le précédent me faisait de l’œil à cause de son casting, c’est avant tout l’univers proposé par ce long-métrage qui m’attirait (bon, accessoirement, la distribution est plutôt chouette). Le film raconte les aventures d’Enola Holmes, la petite sœur de Sherlock Holmes, le célèbre détective, de vingt ans son aîné. Le personnage est né de la plume de l’autrice américaine Nancy Springer et porte ici les traits de Millie Bobby Brown. Après la disparition de sa mère, Enola voit ses deux grands frères, Sherlock (Henry Cavill, qui aime décidément incarner des personnages iconiques) et Mycroft (Sam Claflin) débarquer dans la maison familiale. Alors qu’ils tentent de l’envoyer dans une pension pour l’éduquer convenablement, Enola s’échappe et se lance à la recherche de sa mère.

Si j’avais un peu peur que l’univers de Sherlock Holmes ne soit qu’un prétexte pour raconter une histoire bas de gamme, le film m’a agréablement surprise ! Frais, rythmé et parfaitement interprété, Enola Holmes se suit avec un plaisir non dissimulé, et encore plus si vous aimez les enquêtes du détective. Alors oui, le film est clairement destiné à un public plus familial et cela se ressent dans l’intrigue qui prend un chemin plutôt convenu. Mais l’esprit ingénieux du détective qu’on retrouve chez sa jeune sœur permet de proposer quelques petites enquêtes qui raviront les amoureux des devinettes.

En plus de cela, le personnage d’Enola s’adresse directement aux spectateurs à de nombreuses reprises pour nous faire part de ses idées ou de ses opinions. N’ayant pas lu les romans, je me demande si ce procédé vient du scénariste Jack Thorne (qui est partout) ou du réalisateur Harry Bradbeer à qui l’on doit notamment la génialissime série Fleabag, dont l’héroïne communique également avec le public (sacrée coïncidence tout de même). Quoi qu’il en soit, ces petits effets amènent de la fraîcheur et une certaine dose de dérision qui font du bien. Harry Bradbeer rythme aussi son long-métrage avec un montage saccadé qui n’hésite pas à remontrer certaines scènes sous un autre regard (un peu comme Guy Ritchie l’a fait dans ses deux Sherlock Holmes… même si ce dernier y met plus de style).

Finalement, mes réticences face au jeu de Millie Bobby Brown se sont également rapidement envolées, tant la jeune actrice incarne Enola avec beaucoup d’énergie. Les puristes rechigneront peut-être devant l’humanisation du personnage de Sherlock Holmes, mais Henry Cavill se trouve être parfait pour le rôle, tout comme Sam Claflin qui incarne l’antipathique Mycroft, l’aîné de la fratrie.

Sans prétention, Enola Holmes s’avère être une vraie bouchée d’air frais et un très bon divertissement familial. Je recommande !

 

+ : le casting

 : un poil trop prévisible pour une histoire à la Sherlock Holmes

LA scène : l’arrivée des frères Holmes dans la maison

  • Note : 4 / 5

 

La bande-annonce :

2 commentaires

  1. Personnellement j’ai apprécié, c’était sympa mais pas forcément à la hauteur de mes attentes. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, peut-être pck Sherlock incarné par cet acteur au top n’était pas assez présent à mon goût ? Ou peut-être que je n’ai pas trop adhéré au fait qu’enola s’adresse à nous si souvent ? Mais je n’ai pas passé un mauvais moment !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.